Ne manquez pas...

Parcourez-ici les rubriques

VOUS ÊTES ICI : ACCUEIL LITTÉRATURE ET BIBLIOTHÈQUES ESSAIS CORSE-ITALIE DES LIENS INDÉFECTIBLES ? "ÉTONNANTE ITALIE"

Corse-Italie des liens indéfectibles ? "Étonnante Italie"

Dernière mise à jour de cette page le 05/04/2016

L’an dernier, l’Université de Corse a réalisé sous la coordination d’Alessandra d’Antonio, chargée de cours, une série de séminaires pour évoquer les 150 ans de l’unification italienne. Ces rencontres ont donné lieu à un ouvrage intitulé « Etonnante Italie » aux éditions Albiana. Nous avons rencontré Alessandra d’Antonio pour nous parler de l’étonnante histoire contemporaine de la péninsule voisine.

Vous avez choisi, l’année dernière, d’organiser a l’Université de Corse un cycle de séminaires concernant  les 150 ans de l’Italie avec quatre intellectuels italiens notamment Antonio Negri, ce qui a donné lieu à l’ouvrage Etonnante Italie, chez Albiana, pourquoi ce titre ?

Capable du meilleur comme du pire, la société italienne  est  étonnante en ce  qu’elle fait émerger des sentiments contradictoires qui vont de l’agacement le plus vif à l’enthousiasme le plus sincère. Cet étonnement  suscite un sain questionnement sur le sens de l’histoire, sur la signification du mot politique, nation, démocratie, citoyenneté, concepts fondamentaux du vivre ensemble dont la définition est devenue dangereusement floue et fluctuante. 

Quels regards jettent ces intellectuels sur cette histoire encore récente ?

Leur regard de spécialistes mais aussi de citoyens nous présente une Italie  en perpétuelle tension entre tradition et modernité, entre démocratie et autoritarisme, entre laïcité et imprégnation religieuse.

A Turin a eu lieu l’exposition « Fare gli Italiani », pensez-vous que la grande réussite de cette unification est d’avoir véritablement construit une identité nationale italienne ?

Le parcours de construction d’une identité nationale a été chaotique. La Résistance, la naissance de la République en 1946, la rédaction de la Constitution de 1948, les efforts déployés par la société tout entière pour une reconstruction politique et économique du pays ont rapproché les Italiens. Mais le discours reste complexe : le rapport à l’Église, la dépendance politique et économique vis-à-vis des Etats-Unis d’Amérique, le déséquilibre Nord-Sud ont crée de profondes fractures et des incompréhensions insurmontables dans la société italienne, remettant perpétuellement en question la notion-même de peuple italien.

L’existence d’une nation n’est pas un acquis. Elle est un corps dont la plasticité est modelée par l’action des hommes et leurs idéaux. Certains partis politiques expriment plus ou moins clairement des désirs de sécession ou de fédéralisme, grave remise en question du principe constitutionnel d’unité nationale.La Lega Nord, par exemple, prône un fédéralisme fiscal, niant la solidarité nationale, moteur du vivre ensemble. Nous touchons là un aspect extrêmement contemporain de la gestion des richesses et du territoire qui n’est pas l’apanage de l’Italie...

Cette histoire de l’Italie, nous parle-t-elle à nous insulaires ?

L’Italie n’est pas un monolithe : elle est un archipel de différences, elle est une jeune tentative du vivre ensemble dans l’incroyable diversité de sa géographie continentale et insulaire, d’où la richesse de ses coutumes et de ses parlers ... qui semblent irréversiblement disparaître sous la déferlante de la mondialisation. Nous sommes d’une rive à l’autre dela Méditerranéedans un chjama è rispondi incessant depuis la nuit des temps, nos histoires se mêlent et s’emmêlent, comme nos mémoires qu’il est nécessaire de partager, de confronter.

Y a-t-il une redécouverte de la part d’italianité des Corses ?

Se poser la question de l’italianité des Corses, alors que pour les Italiens ce concept est si peu clair, est paradoxal. La proximité linguistique, géographique, culturelle, historique est indéniable, mais cela ne permet pas de parler d’italianité. Il serait plus judicieux de parler de romanité, latinité, méditerranéité ! Par ailleurs  l’histoire politique qui a liéla Corseà l’Italie est  douloureuse. L’Italie, marâtre ou  nourrice ? Le sujet est passionnant. Ne pouvant l’aborder en quelques mots, chérissons l’amitié entre les peuples que de nombreux échanges culturels et scientifiques nourrissent depuis longtemps. 

Texte anti-spam :*

Entrez les deux mots ci-dessous, avec ou sans espace.
Les lettres ne sont pas sensibles à la casse.
Une difficulté pour lire ? Essayer un autre texte

Soyez le premier à commenter cet article ! COMMENTER