Ne manquez pas...

Parcourez-ici les rubriques

VOUS ÊTES ICI : ACCUEIL LITTÉRATURE ET BIBLIOTHÈQUES DIVERS COMPTINES & BERCEUSES CORSES

Comptines & berceuses corses

Dernière mise à jour de cette page le 04/01/2013

De Jean-Christophe Hoara, Nathalie Soussana et Elodie Nouhen.

Présentation de l'ouvrage

Ce livre-disque réunit 28 comptines, chansons et berceuses, danses et jeux de doigts corses. Peut-être connaissez-vous la jolie berceuse Ninni nanna ou encore Ciucciarella ? Chants de bergers, de pêcheurs et chants de fêtes font aussi partie de ce recueil. De nombreux artistes corses ont participé à ce projet : Xinarca, Anna Rocchi, Paul-Félix Nasica, Jean-Paul Poletti. Élodie Nouhen illustre la nature avec cette grâce dont elle a le secret, jouant des contrastes de lumières qui font la force des paysages méditerranéens. Ocre, jaune, vert maquis… sa palette de couleurs chaudes évoque la douceur de vivre de l’île. Dans ce décor, elle fait évoluer avec tendresse des personnages habillés de costumes traditionnels.

Extraits

Il n'existe pas de société, même rudimentaire, muette et sans productions sonores. La musique occupe une place prépondérante aussi bien dans le fonctionnement du quotidien, de l'enfance, de l'amour, du travail, de la mort que du festif, du profane ou du religieux. C'est encore elle qui informe, comme une photographie ou un récit, sur ce que pouvait être autrefois la vie sociale, politique et religieuse des Corses. Bien sûr, l'époque contemporaine a vite fait d'oublier à quel point le chant participe au déroulement de la vie de chacun : de la naissance à la mort, les différents moments du cycle temporel de la vie sont marqués par un genre musical qui leur est propre. La tradition corse présente une spécificité notable : selon les occasions, il se pratique des chants à une seule voix, des monodies, ou à plusieurs voix, des polyphonies. Ces chants possèdent la caractéristique typique de la Méditerranée d'être syllabiques, une syllabe pour chaque son, ou mélismatiques, avec des ornements. Si les polyphonies sont toujours chantées a cappella, les monodies peuvent être accompagnées d'instruments, surtout à cordes : cetera (cistre à huit cordes doubles), violon, guitare.

Chansons et vie quotidienne

La plupart des sociétés à dominante rurale transmettent leur culture par l'oralité. En Corse, la musique s'apprend et se pratique de bouche à oreille, a bocca, sans le recours à une partition et il est parfois difficile de dater les chansons. Jusqu'à une époque relativement récente, l'enfant apprenait en regardant faire et en participant aux activités quotidiennes. Les chants de travail (tribbiera) sont une manière de transmettre des savoirs traditionnels et en même temps de signaler à quel point la communauté est un tout qui inclut également les animaux de trait. Les chansons qui sont associées aux différents moments de la vie quotidienne sont plutôt monodiques, accompagnées d'instruments, et sont surtout destinées aux fêtes et, parfois, à faire danser (Bellu zighizon'). La musique est à la fois une pratique qui marque les moments forts du cycle de la vie et un loisir. L'humour, l'ironie sont souvent présents, par exemple lorsqu'il s'agit du mode de transaction traditionnel qu'est le troc (À la fiera di San Francè, Antisanti). Bien souvent allusif à la sexualité et au religieux, l'humour se retrouve encore dans le répertoire des chants de fête, réactualisé dans les années 1970 (Seri sera).

Les berceuses et les comptines

Les berceuses (nonne) répertoriées en Corse sont quasiment toutes des poésies composées à la fin du XIXe siècle, voire au début du XXe siècle, par des lettrés et sont considérées comme de la littérature poétique. Le fait d'avoir considéré la berceuse, improvisation d'une mère pour endormir son enfant, comme une poésie à lire, a naturellement agi sur la structure mélodique du chant, ainsi que sur la versification et les rimes. En effet, l'oralité ne respecte pas aussi strictement les règles versifiées que la transcription. La langue corse étant essentiellement orale, l'écriture poétique a été bien souvent influencée par l'italien. De plus, dans une société pauvre et à dominante rurale, la berceuse peut difficilement être une poésie chantée, avec des règles de versification et le respect strict des rimes. Il ne faut pas négliger l'importance de l'improvisation : gestuelle (toucher, balancement), interjections, onomatopées et bruits de bouche, murmures, sons chantés bouche fermée...

  • Relié:60 pages
  • Editeur :Didier Jeunesse (11 mai 2011)
  • Collection :Albums CD
  • Langue :Français
  • ISBN-10:2278065270
  • ISBN-13:978-2278065271
Texte anti-spam :*

Entrez les deux mots ci-dessous, avec ou sans espace.
Les lettres ne sont pas sensibles à la casse.
Une difficulté pour lire ? Essayer un autre texte

Soyez le premier à commenter cet article ! COMMENTER