Ne manquez pas...

Parcourez-ici les rubriques

VOUS ÊTES ICI : ACCUEIL MÉDIAS TÉLÉVISION ARTICLE - LES GRANDS MAGAZINES QUI TRAITENT DE LA CORSE : 5 COLONNES À LA UNE 1961

Article - Les grands magazines qui traitent de la Corse : 5 Colonnes à la Une 1961

Dernière mise à jour de cette page le 07/11/2012

5 Colonnes à la Une a réalisé un reportage, intitulé Des Français d’Afrique du Nord(02/06/1961) qui visait à suivre l’adaptation des rapatriés d’Algérie dans le sud de la France, notamment en Corse, met à jour les prémices de la « question corse ». Au départ, l’émission décrit l’arrivée et l’installation des rapatriés d’Algérie sur la Plaine orientale de la Corse, entre Bastia et Porto-Vecchio. Les journalistes tentent de comprendre comment s’organise la vie pour ces gens déracinés, en interviewant plusieurs personnes originaires d’Algérie : les rapatriés d’origine corse (Mme Morelli, MM. Moracchini, Anziani, et Vesperini) et les Pieds-Noirs (MM. Dia et Lamy). Mais très vite, l’on perçoit que l’installation en Corse de ces rapatriés est source de tension avec les insulaires. Si les Corses rapatriés ont souvent repris des activités traditionnelles comme le petit commerce familial ou des petites exploitations au village, ils se sentent exclus d’une région dont ils sont pourtant originaires comme le confirme M. Moracchini « Je vis difficilement. On m’a retiré mes possibilités de travail, car le gouvernement tunisien m’a enlevé mes licences de transport. Je ne me fais pas à la mentalité, nous nous sentons ici comme des étrangers. Je ne suis même pas compris par mon père et ma mère, ils nous trouvent un peu utopistes ».

Les rapatriés non-corses, eux, ont repris les activités agricoles qu’ils menaient déjà en Afrique du Nord et se sont installés sur la plaine orientale dans de grands domaines viticoles et des plantations d’agrumes. Ils semblent plutôt satisfaits de leur situation ainsi que l’affirme M. Dia : « Nous, les rapatriés, nous avons bénéficié d’aides pour nous installer sur la Plaine Orientale. En contrepartie, nous avons amené notre savoir-faire… ». Mais ils craignent le mécontentement de la population. Les prémices de la crise à venir sont présentes dans ce reportage, même si aucune interview de Corses de la région n’est effectuée. Le reportage prend par ailleurs clairement le parti des rapatriés en soulignant l’esprit d’entreprise des Pieds-noirs qui jouissent de l’aide de l’Etat français, opposé au fatalisme des Corses incapables de cultiver leurs propres terres.

Texte anti-spam :*

Entrez les deux mots ci-dessous, avec ou sans espace.
Les lettres ne sont pas sensibles à la casse.
Une difficulté pour lire ? Essayer un autre texte

Soyez le premier à commenter cet article ! COMMENTER