Ne manquez pas...

Parcourez-ici les rubriques

VOUS ÊTES ICI : ACCUEIL LITTÉRATURE ET BIBLIOTHÈQUES ROMANS ET NOUVELLES I CURSINI

I cursini

Dernière mise à jour de cette page le 02/01/2013

Par Alix Deniger.

Description de l'ouvrage

« Félix Codaccioni s'installe au volant... La vitre conducteur explose, une, deux, puis trois décharges de chevrotines le déchirent. Douleur fulgurante, sang et lambeaux de chair qui éclaboussent le cuir... Une silhouette noire se recule légèrement. Une autre s'avance à droite, une Kalach crache une longue rafale qui hache l'habitacle. Un troisième homme s'approche, un Beretta 92 à la main. Il tire encore deux coups dans le visage déjà fracassé. Les tueurs s'éloignent tranquillement, indifférents aux fenêtres qui s'entrouvrent. Les témoins parleront de combinaisons, de cagoules, d'une Mercedes noire... »
Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire. Peut-être est-ce pour cela que le sujet du terrorisme en Corse et du combat, par nature secret, des clandestins n'a que rarement été traité dans le roman policier, peu désireux d'écorner le mythe bâti par ses acteurs.
Au-delà des accusations de dérive mafieuse et de barbouzeries que se renvoient flics et cagoulés, I cursini, premier roman d'Alix Deniger, nous présente sans concession les acteurs de la tragi-comédie qui se joue dans l'île depuis trente-cinq ans.
Planques, filatures, interpellations... Après bientôt trente ans dans la police, dont douze passés à traquer des autonomistes corses, basques, des intégristes religieux, des espions ou des extrémistes politiques, Alix Deniger raconte...

Extrait du prologue
Il s'appuie sur la rambarde du balcon, bras tendus. La poitrine et les épaules sont larges, les biceps épais. Il passe une main dans ses cheveux très courts, à peine plus longs que sa barbe poivre et sel de quelques jours. Il est seulement vêtu d'un jean qu'il n'a pas pris la peine de boutonner. La boucle de sa ceinture cliquette contre sa cuisse. L'air frais le fait frissonner, mais il a perdu sa chemise dans la bagarre. Un oiseau chante dans les arbousiers accrochés à la colline où est adossé l'immeuble pompeux, vue sur le golfe et les îles Sanguinaires. Le soleil levant, derrière les montagnes, là-bas dans la plaine orientale, donne une couleur métallique aux eaux de la Méditerranée.

L'homme respire profondément comme pour aspirer un peu de la sérénité de l'instant. Il allume une cigarette, fume lentement, perdu dans ses pensées. Il a mal dormi, ou plutôt peu dormi. Ce n'est pas son lit, pas sa chambre. À peine éveillé, son esprit s'est mis à tourner comme un tambour de machine à laver, mélangeant doutes et emmerdements. Ses muscles sont douloureux et courbatus. Quelques années plus tôt, il n'aurait rien senti. Derrière lui, dans la chambre, un bruit de draps froissés. Vingt-sept ans de perfection fuselée et dorée viennent de se retourner. Un petit batéllu de pesca glisse vers les Sanguinaires en quête de quelques kilos de poissons réservés à ses clients paillotiers. Le diesel poussif trouble à peine le silence bâti des tout petits bruits de cette fin de nuit. Il ne se lasse pas du spectacle qui lui fait oublier le loyer hors de prix. Quand il était môme, le seul horizon de la chambre qu'il partageait avec ses frères, c'était le mur de la prison, de l'autre côté de la rue. Il éteint soigneusement son mégot et le jette pardessus la rambarde en évitant le toit de son Q7 garé juste en dessous du balcon.

Il hésite, aimerait se rallonger et la regarder dormir, caresser les longs cheveux noirs, la réveiller et lui refaire l'amour malgré son sexe douloureux. Elle l'a épuisé, insatiable et soumise à la fois. Son odeur est encore partout sur lui. Il n'aime pas se laver après, pas tout de suite en tout cas, il attend le tout dernier moment, avant de retourner chez lui. Il va devoir rentrer, s'il part trop tard, le risque est grand de croiser une connaissance, un voisin, une langue de pute. Préserver l'honneur de sa femme à défaut de son amour, sauver les apparences, trente ans de vie commune, enfants, galères et parloirs partagés. Elle saurait et ne pourrait plus faire semblant de croire à ces nuits de poker. Il sourit, amer, les cartes l'ennuient. Des heures à regarder des mecs essayer de lui mentir, à lui, Félix Codaccioni ! Pour lui piquer le blé qu'il s'échine à gagner. Bluffer, prétendre. La seule vérité, c'est la façon dont tu te comportes le jour où tu vois l'oeil noir du canon d'un Glock par le mauvais bout.

Revue de presse

Ce n'est pas qu'un livre de flic. D'évidence, l'auteur aime la Corse. Il en connaît les odeurs du maquis, cet air saturé de parfums. Les heures de planque sur des parkings de bords de mer, au pied de villages accrochés à des pitons rocheux ou nichés au creux de vallées inexpugnables, ont laissé des traces. Cette montagne qui tombe dans la mer, le romancier en dépeint les multiples couleurs au gré des moments de la journée... Alix Deniger montre un vrai talent à mêler fiction et faits réels, vécus de l'intérieur. Certains Corses ou policiers lui en voudront sans doute de dévoiler le dessous de certaines cartes. On lui fera, peut-être, un procès en légitimité. Mais, en ces temps troublés où les assassinats ponctuent l'actualité insulaire, c'est une pièce de plus, sous une forme inédite, pour pointer la gravité du problème auquel est confrontée la Corse. (Jacques Follorou - Le Monde du 22 novembre 2012 )

  • Broché:288 pages
  • Editeur :Gallimard (13 septembre 2012)
  • Collection :Série Noire - Thrillers
  • Langue :Français
  • ISBN-10:2070138089
  • ISBN-13:978-2070138081
Texte anti-spam :*

Entrez les deux mots ci-dessous, avec ou sans espace.
Les lettres ne sont pas sensibles à la casse.
Une difficulté pour lire ? Essayer un autre texte

Soyez le premier à commenter cet article ! COMMENTER