Ne manquez pas...

Parcourez-ici les rubriques

VOUS ÊTES ICI : ACCUEIL HISTOIRE HISTOIRE DU FLNC ET DU NATIONALISME RINNOVU: LACRYMOGÈNES LORS D'UN PROCÈS DE MILITANTS (23 JANVIER 2008)

Rinnovu: lacrymogènes lors d'un procès de militants (23 janvier 2008)

Dernière mise à jour de cette page le 05/04/2016

Cantons concernés : Aiacciu

Des incidents se sont déroulés le 23 janvier 2008, au palais de Justice à Ajaccio, lorsque le président a ordonné l'évacuation de la salle où étaient jugés en comparution immédiate les incendiaires présumés et les auteurs des dégradations réalisées à l'Assemblée de Corse le 12 janvier. A la reprise de l'audience, alors que le président Guy Jean allait demander un complément d'information dans la partie la plus lourde du dossier, l'assistance a protesté contre la présence de CRS dans la salle, et a crié "libertà !". Le président a alors décidé de faire évacuer la salle. Dans la bousculade, un homme en chaise roulante a été renversé et les forces de l'ordre ont inondé la salle d'audience de gaz lacrymogènes. Même scénario à l'extérieur du tribunal, où les CRS ont également fait usage de grenades lacrymogènes pour disperser les manifestants qui attendaient le jugement. C'est donc réfugiés dans le bureau des avocats - la salle d'audience étant saturée de gaz lacrymogènes - que la cour a condamné Alexandre et Maxime, 18 ans, à un mois de prison ferme pour les dégradations et les vols commis à l'Assemblée de Corse. Loïc, 21 ans, a été condamné à deux mois fermes en raison de ses antécédents judiciaires. Les deux incendiaires présumés, Antony Bozzi et Félix Benedetti, ont quant à eux été remis en détention en attendant les conclusions du supplément d'information demandé. "Ce complément d'enquête doit être réalisé dans un délai de quatre mois" avait alors précisé Guy Jean. Les avocats des deux militants ont plaidé la relaxe, soutenant que le dossier était "lacunaire", monté "à des fins politiques, pour salir le Rinnovu".

Texte anti-spam :*

Entrez les deux mots ci-dessous, avec ou sans espace.
Les lettres ne sont pas sensibles à la casse.
Une difficulté pour lire ? Essayer un autre texte

Soyez le premier à commenter cet article ! COMMENTER