Ne manquez pas...

Parcourez-ici les rubriques

VOUS ÊTES ICI : ACCUEIL HISTOIRE HISTOIRE DES VILLES ET VILLAGES CORSES HISTOIRE DE CARBINI

Histoire de Carbini

Dernière mise à jour de cette page le 05/11/2016

Cantons concernés : Livia

Histoire de Carbini (source : site officiel de la municipalité de Carbini)

Le site de Carbini est exceptionnel, du fait de la présence d'un ensemble épiscopal de deux églises, qui atteste de sa richesse historique. En effet, le Géographe grec Ptolémée avait déjà relevé au IIe siècle l'existence d'une occupation humaine très ancienne. Au Moyen-Age, cette région administrée par Pise puis par Gènes fut l'une des plus importantes Pièves de Corse du Sud et cela dans tous les domaines : culturel, religieux, économique, géographique.

Sa superficie, même s'il n'y avait pas de bornes de lieux à cette époque, correspond à ce qu'on appelle maintenant "l'Alta Rocca" avec les communes de Levie, San Gavinu di Carbini,  Zonza di Carbini, Bilzese et Bazzaconu vers Sartène et les limites des régions de Figari et de Porto-Vecchio d'aujourd'hui.

Lieu de passage obligatoire des convois marchands, Carbini fut aussi vraisemblablement station hospitalière, puis étape pour les pèlerins désirant se rendre à Rome, Santa Teresa di Gallura où à St Jacques de Compostelle.

Sa situation stratégique est connue depuis la plus haute antiquité. Les fouilles de Madame Morachini-Mazel, ont permis de mettre à jour en 1959  malgré des moyens financiers insuffisants, un oratoire primitif dont la datation s'est révélé très délicate.

En réalité le site, qui a donné des monnaies et des tuiles romaines ainsi que des inscriptions latines très anciennes, peut laisser supposer qu'il y a eu à cet endroit un lieu de culte paléochrétien.

C'est ce site, qu'ont choisi les bâtisseurs romans, pour y construire un ensemble unique dans toute la Corse : un campanile à deux chapelles, dont St Jean Baptiste est l'une des plus remarquables par sa symbolique originale.

Sa situation géographique en faisait un lieu idéal pour observer l'arrivée d'ennemis potentiels, ainsi ce campanile construit par Maestro Maternato, fut à la fois une tour de guet et un signe de reconnaissance pour les voyageurs.

La commune est le berceau des Ghjuvannali.

Sa situation dans la  moyenne montagne, à 600 m d'altitude l'a désigné, comme chef-lieu d'une Piève riche et peuplée, au contraire du littoral, où l'anophèle a fait très longtemps échouer des tentatives de colonisation génoise. A cette époque, la ville de Porto-Vecchio n'existait pas.

Ce village garda son importance jusqu'à la révolution.

Aujourd'hui, la situation démographique s'est inversée et le littoral est plus peuplé que la moyenne montagne. Pourtant, la région de Carbini est toujours potentiellement riche, grâce à la présence de ces monuments. La visite émerveillée de Prosper Mérimée (1839) qui en a demandé la restauration a permis de le classer au patrimoine national (1886). 

Texte anti-spam :*

Entrez les deux mots ci-dessous, avec ou sans espace.
Les lettres ne sont pas sensibles à la casse.
Une difficulté pour lire ? Essayer un autre texte

Soyez le premier à commenter cet article ! COMMENTER