Ne manquez pas...

Parcourez-ici les rubriques

VOUS ÊTES ICI : ACCUEIL HISTOIRE HISTOIRE DES VILLES ET VILLAGES CORSES HISTOIRE DE BELGODÈRE

Histoire de Belgodère

Dernière mise à jour de cette page le 05/11/2016

Cantons concernés : Belgodère

Histoire de Belgodère (source : site officiel de la municipalité de Belgodère)

Au Moyen-Âge, la Corse, déjà depuis quelques siècles romanisée et christianisée, voit ses populations se regrouper en unités de base que l’on appelle pieve, où s’organise la vie sociale et religieuse des communautés. Dans notre microrégion, la pieve de Tuani, qui a pour centre l’église Saint Jean Baptiste dont on peut voir les belles ruines à 200 mètres au sud du couvent de Tuani, s’étend sur les territoires des actuelles communes de Belgodere, Occhiatana, Costa, Ville et une partie de Speloncato.

Les habitats de cette époque, dont il ne reste aucune trace visible, étaient dispersés et situés pour l’essentiel au pied des collines ou dans la plaine.

C’est à partir de la fin du XIIe siècle que les populations, progressivement, se regroupent sur des sites perchés pour constituer des agglomérations plus faciles à défendre, et qui donneront naissance aux villages qui existent encore de nos jours.

Belgodere est un cas particulier. Ce village a été fondé dans la seconde moité du XIIIe siècle par les marquis de Massa, qui après avoir brièvement dominé la Corse au XIe siècle, ont conservé la seigneurie de San Colombano (on peut voir les très modestes ruines de leur château au dessus du col du même nom).

Les marquis construisent sur le roc qui surmonte le village (point de vue fléché à partir de la place) un nouveau château, dont il ne subsiste que la citerne. Les pierres ont sûrement été réemployées pour construire les maisons voisines.

Le mur d’enceinte du village fortifié était constitué par les parois extérieures des maisons qui entourent le plus vieux quartier, a Cima, dans lequel on ne pouvait pénétrer qu’en empruntant des passages voûtés fermés par des portes. L’entrée principale donnait sur la place (voûte entre les deux cafés).

L’église paroissiale, dédiée à Saint Thomas l’Apôtre et à San Gavino, a été construite vers 1540 à l’emplacement d’une église plus ancienne. Elle a été remaniée et élargie au XVIIIe siècle.

Au dessus de la place, l’ancienne église Saint Etienne, construite en 1616 pour la confrérie de Santa Croce, sert actuellement de salle polyvalente.

A 500 mètres de la place, sur la route de San Colombano, on peut voir les ruines du couvent de Santa Maria delle Grazie, construit vers 1590 pour les  Servites de Marie, qui l’occuperont jusqu’à la révolution française.

A la même distance de la place, sur la route d’Occhiatana, l’église Saint Jean l’Evangéliste, construite en 1725, est actuellement fermée pour travaux. On y célèbre tous les ans la fête de Notre Dame des Sept Douleurs, le troisième dimanche de septembre.

Le château Malaspina, contruit en 1893, est le siège de la communauté de communes E cinque pieve di Balagna, du Pays de Balagne, de l’école et de la crèche Cinderella.

Texte anti-spam :*

Entrez les deux mots ci-dessous, avec ou sans espace.
Les lettres ne sont pas sensibles à la casse.
Une difficulté pour lire ? Essayer un autre texte

Soyez le premier à commenter cet article ! COMMENTER