Ne manquez pas...

Parcourez-ici les rubriques

VOUS ÊTES ICI : ACCUEIL HISTOIRE HISTOIRE DES VILLES ET VILLAGES CORSES CORTE, NAPOLÉON ET LES BONAPARTE

Corte, Napoléon et les Bonaparte

Dernière mise à jour de cette page le 10/11/2016

Cantons concernés : Corti

Corte du 18e siècle à nos jours (source : site officiel de la municipalité de Corte)

A l’époque de Napoléon, deux familles puissantes règnent sur Corte : les Arrighi de Casanova (Thomas nommé duc de Padoue en 1808) et les Gaffory. Les lieux cortenais en témoignent : la place Padoue et la place Gaffory. L’histoire de Napoléon croise pour la première fois la ville de Corte à travers le cursus de son père Charles qui intègre l’université pour y étudier le droit, et rencontre Paoli. Il y vivra après son mariage avec Letizia, et Joseph naîtra dans la maison Arrighi au 1 place du Poilu. Letizia et Charles demeurent en effet chez Tomaso Arrighi, l’oncle de Letizia pour soutenir Paoli, dont Charles est secrétaire administratif jusqu’en 1768. Une plaque commémorative y rappelle « dans cette maison sont nés Joseph Napoléon Bonaparte, roi de Naples et d’Espagne le 7 janvier 1768, décédé à Florence (Italie) le 28 juillet 1844 et Jean Thomas Arrighi de Casanova, duc de Padoue général de division gouverneur des invalides, le 8 mars 1778, décédé à Paris le 22 mars 1853 ». Les autres enfants naîtront à Ajaccio, mais Napoléon a été conçu ici à Corte, puisque Letizia quitte la ville enceinte, après la défaite de Pascal Paoli à Ponte Novu en 1769.

Le philosophe Nietzche précisera Corti - Storia è Patrimoniu Page 5 cette importance de Corte comme ville de la conception de l’empereur. Nietzche aimait d’ailleurs particulièrement la ville au point d’envisager d’y terminer ses jours, mais il mourut avant. La maison Arrighi est aujourd’hui le siège de la « Société historique de Corte ». A l’occasion d’une de ses visites à Corte chez son frère Joseph, Napoléon précise que ses parents ont en fait vécu dans la maison Gaffory, tout près de celle des Arrighi. Mais des documents du milieu du XIXème siècle (comptes rendus des délibérations communales) attestent du contraire, et sans doute Napoléon a-t-il enjolivé le souvenir car il s’agit d’une bâtisse beaucoup plus belle et plus prestigieuse. Les éclats de balles dans le mur sont préservés en l’état, sans restauration possible de la façade car le bâtiment est classé monument historique. Les écrits devant faire davantage foi pour les historiens que la tradition orale, même si parole d’empereur, on retiendra historiquement la maison Arrighi. Napoléon reviendra plusieurs fois en Corse entre 1788 et 1793, accompagné de son bataillon de gardes nationaux pour rester aux côtés de Paoli. En même temps ce sont des séjours par obligation. Il soutient par exemple en 1796 l’initiative du général Casalta de préserver le bâtiment de la caserne de Corte « bâtiment de la plus haute importance » dit-il. Cependant on relèvera plus tard dans sa correspondance un désintérêt pour cette place forte. Il écrit en effet le 9 avril 1797 « la place de Corte est sans utilité comme sans moyen de défense », et ensuite le 28 juin 1813 : « quant à Corte, il ne faut plus entretenir cette place ». Et quelques temps avant Waterloo il disait au maréchal Davoust « mon intention est qu’on ne fasse aucune espèce de dépenses aux places d’Ajaccio, de Bonifacio, de Bastia et de Corte ». Sa dernière visite, au cours de laquelle il rencontre Paoli, y est orageuse : Napoléon se réfugie en effet à Corte après une tentative Corti - Storia è Patrimoniu Page 6 d’assassinat aux îles sanguinaires au printemps 1793. Mais il souhaite rester fidèle à la France alors que Paoli songe à s’en séparer. Napoléon quitte la ville, assailli par des « a morte traditore della patria » (A mort le traitre à la patrie).

Textes et Sources :

-Jean Suberbielle Histoire de Corte et des Cortenais (la marge édition, 1989) 
-Société historique de Corte (Pr Jean Cancellieri) 
-Service Culture et Patrimoine, Mairie de Corte 
-Alexandra Willaume-Albertini, Adjointe déléguée à la culture et au patrimoine historique.

Liens associés : 

Corte au moyen-âge
Corte du 18e siècle à nos jours
Corte : histoire de la citadelle de Vincentello d'Istria
Corte, Napoléon et les Bonaparte 

Texte anti-spam :*

Entrez les deux mots ci-dessous, avec ou sans espace.
Les lettres ne sont pas sensibles à la casse.
Une difficulté pour lire ? Essayer un autre texte

Soyez le premier à commenter cet article ! COMMENTER