Ne manquez pas...

Parcourez-ici les rubriques

VOUS ÊTES ICI : ACCUEIL HISTOIRE (PERSONNAGES HISTORIQUES) PASQUALE PAOLI (1725-1807) PAOLI : SENTIMENT APRÈS LE DÉSASTRE DE PONTE NOVU

Paoli : sentiment après le désastre de Ponte Novu

Dernière mise à jour de cette page le 15/05/2013

Cantons concernés : Castifau-Merusaglia

Après le désastre de Ponte Novu, Pasquale Paoli écrit ceci :

Si de mon temps, Sampiero eût encore vécu, la délivrance de la patrie m'aurait coûté moins de peine. Ce que nous avons tenté pour notre indépendance, lui, l'aurait complètement réalisé... (...) Il fallait un homme audacieux, actif et habile, qui eût porté la terreur jusque dans le cabinet de Saint-Georges. La France n'aurait pas osé se joindre à nos ennemis, ou du moins aurait-elle rencontré des adversaires plus redoutables que ce que j'ai eu à lui opposer.

Jamais de peuple n'a essuyé un outrage plus sanglant... On ne sait pas trop qui l'on doit détester le plus, de ce lui qui nous vend, ou de celui qui nous achète.

Pasquale Paoli.

Dans ce texte, Pasquale Paoli fait référence à Sampiero Corso.

Le désastre de Ponte Novu - Pont génois de Ponte Novu - Commémoration du désastre de Ponte Novu (8 mai 2008) - Paoli : sentiment après le désastre de Ponte Novu - Les troupes françaises à Ponte Novu (iconographie).

Texte anti-spam :*

Entrez les deux mots ci-dessous, avec ou sans espace.
Les lettres ne sont pas sensibles à la casse.
Une difficulté pour lire ? Essayer un autre texte

COMMENTER

5 commentaire(s)

Merci d'avoir vu la coquille, nous l'avons corrigée

Corsicathèque, le 10/05/2013

Essuyé

"Jamais peuple n'a essuyé..." plutôt que "essayé", me semble-t-il...

Bel Miss, le 08/05/2013

Paoli l'a dit : nous n'avons pas perdu par manque de forces mais par trahison... déjà à l'époque, les promesses et l'argent en ont retourné plus d'un...

weber, le 28/01/2013

Pas évident de savoir ce qui aurait pu se passer. Louis XV n'aurait sans doute pas lâché le morceau en effet, mais celui-ci enchaînait les déconvenues, notamment aux Amériques, Canada, etc... Je pense qu'il n'aurait pas souhaité une guerre longue, surtout que dans le traité de Versailles, l'île demeurait malgré tout propriété génoise, les Français ne devant que "pacifier" l'île. Enfin, la première année de guerre (1768) a plutôt tourné en faveur des Naziuali. Souvenez-vous le désastre de Borgo pour les troupes du Colonel de Ludre. Avec deux ou trois succès de ce type supplémentaire, la guerre aurait pu prendre une autre tournure, avec la possibilité pour Paoli de nouer quelques alliances, avec des Italiens, voire même avec les Anglais. Difficile de refaire l'histoire en tout cas.

Corsicathèque, le 27/01/2013

Très sincèrement, je crois qu'il se trompait.
Il ne pouvait rien ou pas grand chose face à cette grande puissance européenne, guère éloignée de la Corse.
L' île était suffisamment proche pour l'inonder de troupes, et trop mal placée pour qu'on la laisse à l'Angleterre.
Non, Louis XV n'aurait pas lâché le morceau. Même face à un Sampieru!
Elevé au rang de héros ici,il a pu être un bon chef de guerre, il aurait peut être su présenter une résistance plus efficace, mais pendant combien de temps?

MP, le 27/01/2013