Ne manquez pas...

Parcourez-ici les rubriques

VOUS ÊTES ICI : ACCUEIL HISTOIRE (PERSONNAGES HISTORIQUES) NAPOLÉON BONAPARTE (1769-1821) BONAPARTE LUCIEN

Bonaparte Lucien

Dernière mise à jour de cette page le 31/12/2012

Cantons concernés : Aiacciu

Lucien Bonaparte est né le 21 mai 1775 à Ajaccio, il est le troisième fils de Carlu Bonaparte et de Letizia Ramolino et de ce fait, le second frère de Napoléon Bonaparte. Lui-aussi connut une carrière politique illustre.

Né à Ajaccio, Lucien Bonaparte vit une enfance normale dans sa ville natale. A l’instar de ses deux frères aînés, il réalise ensuite ses études sur le continent, à Autun, puis à Brienne, à une époque où Napoléon se trouve encore. Mais contrairement à ce dernier, les armes ne lui plaisent pas et renonce à une carrière militaire. Il préfère le chemin de l’église et entre au séminaire d'Aix-en-Provence.

La révolution française le bouleverse. Il se passionne alors pour la politique. En 1790, lorsque Paoli rentre en Corse après son premier exil londonien, il devient sont secrétaire particulier. Mais en 1993, lorsque Louis XVI est guillotiné, Lucien Bonaparte, devenu jacobin, se brouille avec Paoli, comme le reste de la famille Bonaparte. Il tente de renverser Paoli, mais échoue. Avec la famille Bonaparte, il doit se résoudre à quitter la Corse.

Il se réfugie alors à Saint-Maximin. Là, il épouse Christine Boyer, une roturière, en 1794. Passionné pour les idées nouvelles et la République, il se fait appeler « Brutus », en l’honneur de l’assassin de Jules César dans le Rome antique. Il se lie d’amitié avec Robespierre, mais est lui-aussi victime de sa répression. Il est même embastillé.

La réussite de son grand frère Napoléon va être pour Lucien un déclencheur. Grâce à son frère, il obtient un poste de commissaire des guerres à l'armée du Nord. Puis il s’installe à Paris, fréquente Barras, et reste dans le sillage de Napoléon. Député aux Conseil des Cinq-Cents pour la Corse en 1798, il en était par ailleurs le président le jour du 18 brumaire et avait avec Sieyès activement préparé le coup d'État.

Napoléon s’installe dans le Consulat, et Lucien devient ministre de l'Intérieur en décembre 1799. Il part ensuite un an, ambassadeur en Espagne, avant de devenir membre du Tribunat en 1802. Une rivalité s’installe avec son frère Napoléon, qui ne cesse de l’écarté des hautes responsabilités.

Sa première femme meurt en couches en 1800, puis se remarie avec une veuve, Alexandrine de Bleschamp, qui lui donne un troisième enfant en 1803. Brouillé avec son frère Napoléon, il quitte la France pour Rome, auprès du pape Pie VII. En 1804, contrairement à d’autres membres de la famille, le sacre de Napoléon ne rejaillit pas sur Lucien Bonaparte. Sa famille est même déclarée non dynaste en France. Napoléon reproche notamment à Lucien son mariage avec Alexandrine de Bleschamp. Mais Lucien ne cède pas. Des frères Bonaparte, il est donc le seul qui ne règne pas. À l’Empereur qui lui propose un trône, il répond : « Laissez-moi mon obscurité. Je la préfère à vos couronnes, car je suis libre ».

Il préfère même quitter l’Europe, pour rejoindre les États-Unis. En 1810, c'est au cours de cette traversée qu'il est arrêté par les Britanniques et emprisonné jusqu'en 1814. En exil à Rome depuis mai 1814, il est fait prince de Canino le 31 août de cette année par le pape Pie VII.

En 1815, lorsqu’il apprend que Napoléon a quitté l’île d’Elbe et qu’il s’est porté de nouveau au pouvoir, il décide de rentrer en France. A Paris, il rencontre son frère et les deux hommes décident de se réconcilier. Il devient alors pair de France, le 2 juin 1815, devenant ainsi, un comte de l'Empire, et prince français. Lucien demeure toutefois exclu de la succession impériale pour cause de mariage non autorisé par l'empereur.

Lorsque Napoléon est vaincu à Waterloo, Lucien décide de retourner à Rome. Il sera fait prince de Musignano, le 21 mars 1824, par le pape Léon XII, puis prince Bonaparte par Grégoire XVI en 1837. Il meurt en 1840.

Voir le portrait de Lucien Bonaparte, par François-Xavier Fabre.

Texte anti-spam :*

Entrez les deux mots ci-dessous, avec ou sans espace.
Les lettres ne sont pas sensibles à la casse.
Une difficulté pour lire ? Essayer un autre texte

Soyez le premier à commenter cet article ! COMMENTER