Ne manquez pas...

Parcourez-ici les rubriques

VOUS ÊTES ICI : ACCUEIL HISTOIRE (PERSONNAGES HISTORIQUES) LES AUTRES PERSONNAGES GIUDICE DE CINARCA (SELON LES HISTORIENS MODERNES)

Giudice de Cinarca (selon les historiens modernes)

Dernière mise à jour de cette page le 16/07/2013

Cantons concernés : Tallanu Scopamene , Ulmetu

Giudice de Cinarca (selon les historiens modernes), en complément et en correction, suite au récit de Giovanni della Grossa.

Voir l'histoire de Ciudice de Cinaraca selon Giovanni della Grossa.

Giudice est le fils aîné de Goglielmo de Cinarca. Ce dernier, avec ses frères et sous la protection de Gênes, sont les maîtres d’une seigneurie du sud de la Corse, jusqu’à Bonifacio. Vers 1250-1255, après la mort de Goglielmo et de ses frères, la guerre de succession éclate, et Giudice soumet les seigneurs Biancolacci. En 1258, Giudice fait allégeance à Gênes. Cette alliance renforce sa position en Corse, mais offre également une certaine légitimité de Gênes sur la Corse.

Giudice désire dès lors se rendre maître de toute l’île. En 1264, il provoque uneveduta, une assemblée populaire, qui me proclame seigneur de toute la Corse. Il réalise alors, comme l’indique Giovanni della Grossa, plusieurs alliances matrimoniales. Incontestablement, en regardant vers le nord, favorable à Pise, Giudice est l’instrument des Génois. C’est pourquoi, lorsque Giovaninello est vaincu, il se rend à Pise pour organiser la riposte. En 1269, Pise envoie un corps expéditionnaire, sous le commandement d’Isnardo Malaspina. Ce dernier écrase Giudice qui doit à son tour quitter la Corse, pour Gênes. Il ne revient en Corse qu’en 1270, afin de reprendre le contrôle de sa seigneurie avec le soutien des Génois. En réalité, Giudice est l’instrument des Génois, dont la puissance ne cesse de croître en Méditerranée. Sans doute qu’avec le soutien de Giudice, Gênes a renforcé son influence sur l’île, avec notamment des actions comme la fondation du Castel Lombardo (1272), de l’extension du territoire de Bonifacio (1277) et de la prise de contrôle du château de Calvi (1278).

L’ambition d’instaurer en Corse une seigneurie unique, avec le soutien d’une puissance étrangère, inaugure un modèle politique qui va perdurer sur l’île.

En 1277, Giudice se brouille avec Gênes. Ce dernier préfère défendre l’indépendance de son pouvoir, plutôt que de servir les intérêts de Gênes. Puis, en 1282, c’est l’inévitable rupture. Gênes envoie un corps expéditionnaire pour écraser Giudice. Ce dernier fait alors volte-face et se tourne vers Pise. Il devient alors un fervent partisan de la cause pisane, et se heurte à Arriguccio et Rinieri, des vassaux de Gênes qui contrôlent le nord de la Corse. Les hostilités vont durer des années, même au-delà de la bataille de Meloria (1284). Giudice perd le contrôle du nord de l’île, et doit se contrainte à défendre sa propre seigneurie. En 1299, Gênes obtient de Pise que Giudice ne soit plus considéré comme un sujet pisan, de sorte que les seigneurs corses se déchirent à présent entre eux. Trahis et doublé, Giudice est finalement capturé en 1300, et meurt dans les prisons génoises en 1304.

Texte anti-spam :*

Entrez les deux mots ci-dessous, avec ou sans espace.
Les lettres ne sont pas sensibles à la casse.
Une difficulté pour lire ? Essayer un autre texte

COMMENTER

1 commentaire(s)

Giudice de Cinarca

Le chroniqueur génois Iacopo Doria distingue bien la soumission de la Corse par le marquis Isnardo Malaspina des épisodes de reconquête pisane. Il n'est donc pas sûr que Giovaninello de Loreta et les autres exilés corses se soient rendus à Pise. Ils ont pu aller négocier avec le marquis dans ses terres de Lunigiana !

Lo Reborsier, le 18/07/2013