Ne manquez pas...

Parcourez-ici les rubriques

VOUS ÊTES ICI : ACCUEIL HISTOIRE (PERSONNAGES HISTORIQUES) LES AUTRES PERSONNAGES CAMPI TOUSSAINT

Campi Toussaint

Dernière mise à jour de cette page le 22/12/2012

Cantons concernés : Aiacciu

Toussaint Campi est le fils de François Campi et de Marie Peri. Il est né le 31 octobre 1777, à Ajaccio (mort le 12 octobre 1832, à Lyon).

Toussaint Campi se dirige très rapidement vers une carrière de militaire. Il débute comme sous-lieutenant, à l'âge de à 18 ans. Jeune, il est déjà blessé (21 ans), lorsqu'un coup de feu le blesse grièvement aux cuisses. Le 26 mai 1799, au moment de l'investissement de Turin par Souvarow, il est chargé de défendre l'entrée de l'arsenal de l'invasion des Autrichiens et des Piémontais. Là encore, il est blessé. Vaincu, il est ensuite emprisonné à Bade. Il ne sera libéré qu'après la paix de Lunéville.

En 1805, Toussaint Campi est nommé adjoint de l'état-major. Il est notamment choisi par Massena pour devenir son aide de camp. Il participe ensuite à plusieurs grandes batailles, comme à Eferding ou à Ebersberg. Il se taille alors une réputation solide, en terme de bravoure, d'acharnement au combat et de courage. Il devient chef de bataillon, et est blessé de nouveau, lors de la bataille d'Essling, toujours aux cotés de Massena.

Sa carrière militaire prend une dimension nouvelle lorsque le 1er juin 1809, l'empereur le nome colonel du 28e léger. C'est en cette qualité qu'à Wagram il fait partie de cette colonne qui défile audacieusement par bataillons serrés, de façon compacte, sous le feu de l'artillerie, et au milieu des charges de la cavalerie autrichienne. Cette occasion permet de faire apprécier son sens tactique et surtout sa bravoure dans les moments les plus délicats.

C'est ainsi qu'il est toujours placé aux postes les plus périlleux, comme à Korneuburg, ou à Stockerau. A Znaïm, il s'illustre de nouveau par son esprit téméraire. Il tombe, atteint de plusieurs coups de baïonette.

En 1810, il est employé comme adjudant-commandant en Illyrie et auprès du prince Eugène. Il participe aussi à la bataille des Arapiles. Il parvint au grade de général de brigade le 12 avril 1813, et envoyé à l'armée d'Italie. Il se trouva cette même année aux affaires de Villarh et de Foitreix en Italie, et fit avec distinction les campagnes de Saxe (1813) et de France (1814).

Toussaint Campi est de nouveau blessé, cette fois à la bataille du Mont-Saint-Jean. En 1815, il prend un peu de recul sur les affaires militaires. Toutefois, il reprend du service en 1819, lorsqu'il devient inspecteur général de l'infanterie. En 1830, il reçoit le grade de lieutenant-général, avant de s'éteindre à Lyon en 1832. Son nom reste aujourd'hui gravé sous l'Arc de Triomphe.

Texte anti-spam :*

Entrez les deux mots ci-dessous, avec ou sans espace.
Les lettres ne sont pas sensibles à la casse.
Une difficulté pour lire ? Essayer un autre texte

Soyez le premier à commenter cet article ! COMMENTER