Ne manquez pas...

Parcourez-ici les rubriques

VOUS ÊTES ICI : ACCUEIL HISTOIRE (PATRIMOINE) SITES HISTORIQUES COTI CHJAVARI : LE PÉNITENCIER

Coti Chjavari : Le Pénitencier

Dernière mise à jour de cette page le 25/06/2016

Cantons concernés : Santa Maria Sichè

Situé à une trentaine de kilomètres au sud de la ville d’Ajaccio et offrant une magnifique vue sur le golfe, l’histoire du pénitencier de Coti Chjavari remonte à l’occupation génoise de la Corse, vers la fin du treizième siècle. En effet, la République de Gêne, s’emparant des terres inoccupées ou abandonnées, adjugea un vaste territoire dans la région de la Costa et y fonda une première colonie autour du village de Coti. Cependant, les troubles et les revendications territoriales eurent raison de chaque implantation jusqu’à ce que l’Etat français se rende propriétaire du domaine de Chiavari et en fasse l’acquisition le 12 janvier 1855 pour la somme de 300 000 de francs. Il fut alors décidé que la situation géographique et la qualité des sols du domaine étaient favorables à l’établissement d’une colonie agricole.

L'établissement qui a ouvert ses portes sous le Second Empire a accueilli jusqu'à 800 détenus venus de France et d'Algérie. De l'autre coté du golfe d'Ajaccio, un autre établissement était construit : le bagne pour enfants, appelé "colonie horticole". L'établissement ferme ses portes le 1er juillet 1906. Auparavant, en 1900, il a inspiré à Agatha Christie de passage dans l'île, « Les aventures de Monsieur Quinn ». Quant aux deux cents derniers prisonniers, ils poursuivront leur détention à Cayenne.

Par la suite, toutes les tentatives d’exploiter le potentiel agricole des terres furent toutes des échecs. Un projet de création d’un hôpital psychiatrique en 1943 fut abandonné en raison de l’impossibilité d’une coexistence entre une telle structure et une zone agricole.

En 1969, la Société du Lotissement du Domaine de la Pinède racheta le domaine et fit raser la plus grande partie des bâtiments encore debout pour construire un complexe touristique. Celui-ci ne vit jamais le jour et le domaine resta inexploité jusqu’au milieu des années 2000. A cette date, un nouveau projet avec des ambitions culturelles vit le jour, il s’agissait de reconvertir l’ancien pénitencier en pôle d’activité entièrement dédié à la culture, l’enseignement et l’artisanat par l’implantation d’ateliers artisanaux, d’un centre de formation et d’un musée tout en maintenant l’usage du lieu en temps que site de promenade.

Le seul bâtiment restant du pénitencier, la grange à fourrage, a donc été restauré pour devenir une salle de spectacle et d’exposition et il accueille désormais, notamment pendant l’été, des concerts de musique et des expositions d’art.

Voir le village de Coti Chjavari

Texte anti-spam :*

Entrez les deux mots ci-dessous, avec ou sans espace.
Les lettres ne sont pas sensibles à la casse.
Une difficulté pour lire ? Essayer un autre texte

Soyez le premier à commenter cet article ! COMMENTER