Ne manquez pas...

Parcourez-ici les rubriques

VOUS ÊTES ICI : ACCUEIL FOOTBALL L'HISTOIRE DU GFC AJACCIO AJACCIO: « CE N’EST PLUS DU FOOTBALL, C’EST LA GUERRE ! » (1934)

Ajaccio: « Ce n’est plus du football, c’est la guerre ! » (1934)

Dernière mise à jour de cette page le 07/04/2016

Cantons concernés : Aiacciu

En 1934, l’A.C.A. obtient un titre de champion de Corse dans des conditions très particulières. En effet, de graves incidents émaillent la plupart des rencontres au Jean-Lluis. Mais pas seulement. Il arrive même que les joueurs de l’A.C.A. en viennent aux mains entre-eux. Lors d’un match contre le F.C.A., un joueur de l’A.C.A. va jusqu’à inscrire un but contre son camp, de rage, afin de pester contre la passivité de ses coéquipiers. Les arbitres désignés par la Ligue sont absents la plupart du temps, provoquant des situations quelquefois rocambolesques. Il arrive aussi quelquefois, que l’arbitre désigné pour un match, quitte l’aire de jeu avant la fin de la rencontre, menacé par des joueurs ou des spectateurs. Ce fut le cas pour l’arbitre du match opposant l’A.C.A. à l’O.A. en début de saison 1933-1934. Ces incidents provoquent la colère des dirigeants acéistes. Ces derniers accusent tout d’abord les dirigeants du « bistro » de vouloir débaucher leurs meilleurs joueurs. La tension monte entre les deux clubs phares de la ville d’Ajaccio. D’autre part, les dirigeants acéistes soupçonnent la Ligue de désigner des arbitres favorables au « bistro » pour les derbys. Des réserves sont déposées. Cette tension palpable entre l’A.C.A. et le F.C.A. ne manque pas d’irriter les supporters des deux clubs, au point que les travées du stade Jean-Lluis se vident de manière assez conséquente. La saison se termine par de nouveaux incidents graves. Alors que les acéistes jouent le titre à Furiani face au sporting, dans une action de jeu et emporté par son élan, l’Ajaccien Jean-Jean Spinosi vient percuter le gardien de but bastiais, Infrandi, qui sera ensuite conduit vers le centre hospitalier de Bastia. S’en suivent de graves incidents, avec une bagarre générale et une rencontre interrompue pendant de nombreuses minutes. En 1934, en seulement un mois, trois gardiens corses sont grièvement blessés sur des terrains de football. Un an plus tard, un derby A.C.A.-F.C.A. se termine à neuf contre neuf et le terrain du stade Jean-Lluis est envahi à de nombreuses reprises pendant la partie, nécessitant l’intervention des gendarmes. Ce n’est plus du foot, c’est la guerre !

Extrait de l'ouvrage de Frédéric Bertocchini,Un Seculu in Rossu è Biancu (éditions Albiana).

Texte anti-spam :*

Entrez les deux mots ci-dessous, avec ou sans espace.
Les lettres ne sont pas sensibles à la casse.
Une difficulté pour lire ? Essayer un autre texte

Soyez le premier à commenter cet article ! COMMENTER