Ne manquez pas...

Parcourez-ici les rubriques

VOUS ÊTES ICI : ACCUEIL FOOTBALL L'HISTOIRE DE L'AC AJACCIO COMMENT L’A.C.A. EST MONTÉ EN DEUXIÈME DIVISION EN 1965 ?

Comment l’A.C.A. est monté en deuxième division en 1965 ?

Dernière mise à jour de cette page le 05/11/2012

Ce n’est pas par la voie sportive que l’A.C.A. rejoint le giron professionnel en 1965. Les dirigeants réalisent un sacré tour de force. Extrait de l’ouvrage, « A l’Ours, la Grande Histoire de l’A.C.A. » : « C’est alors que tout va changer. Un événement d’importance a lieu dès le début du mois d’avril 1965. L’A.C.A. laisse entendre qu’une demande d’admission au championnat professionnel de D2 va être officiellement demandée. On parle de fusion, car une ville de 45.000 habitants ne pourrait accueillir un club de D2 et un autre de C.F.A. La fin du championnat sportif ne présente dès lors que peu d’intérêt. « Au début du mois de mai, le comité directeur de l’A.C.A. se réunit afin de déterminer la politique future du club. Les dirigeants se prononcent favorablement pour le professionnalisme et la D2, l’agrandissement de l’air de jeu du Jean-Lluis, et l’aménagement d’un nouveau vestiaire. Une demande officielle est envoyée à la Ligue pour intégrer la deuxième division. Le 12 mai 1965, le club reçoit une réponse de la L.N.F. qui n’est pas hostile au projet, mais exige des précisions concernant la capacité du stade, les dimensions du terrain et les possibilités de recette. Sollicité, le Bureau Directeur du G.F.C.A. refuse une fusion avec l’A.C.A. pour la création d'un grand club professionnel. Ange Casanova considère que ce projet n’est pas viable dans une ville comme Ajaccio. Il est vrai que le G.F.C.A. est encore champion de France de C.F.A. en 1965 et que les Diables Rouges sont particulièrement attachés à cette compétition. Le 28 mai, c’est officiel : l’A.C.A. est accepté chez les professionnels de la D2. Cette démarche inspire également les dirigeants du S.C. Bastia qui, lassés par le C.F.A. proposent aussi leur candidature. Le trésorier général, Félix Bonelli, a néanmoins peur que les infrastructures du Jean-Lluis soient inadaptées. Mais le 19 juin 1965, le Bureau Fédéral entérine la décision de la L.N.F. : les travaux d’aménagement commencent. De même que le recrutement. Cette nouvelle a pour conséquence de ramener l’A.C.A. sur le devant de la scène footballistique. Pour la première fois, une équipe professionnelle va faire vibrer le public ajaccien. Messieurs Biggi et Fagni déclarent dans la presse : « l’A.C.A. va s’atteler à ne pas décevoir l’attente des sportifs ». Ils souhaitent entretenir des rapports plus amicaux avec le G.F.C.A. : « il faudra bien un jour constituer une seule équipe représentative d’Ajaccio ». Raymond Kopa, de passage au Dolce Vita, regrette pour sa part que le projet de fusion n'ait pu aboutir ».

Extrait de l'ouvrage de Frédéric Bertocchini, Un Seculu in Rossu è Biancu (éditions Albiana).

Texte anti-spam :*

Entrez les deux mots ci-dessous, avec ou sans espace.
Les lettres ne sont pas sensibles à la casse.
Une difficulté pour lire ? Essayer un autre texte

Soyez le premier à commenter cet article ! COMMENTER