Ne manquez pas...

Parcourez-ici les rubriques

VOUS ÊTES ICI : ACCUEIL EVÉNEMENTS CULTURELS ET RELIGIEUX MANIFESTATIONS CULTURELLES ARTICLE - PREMIER FESTIVAL LES DÉRIVES DU SUD (29 AVRIL 2012)

Article - Premier festival Les Dérives du sud (29 avril 2012)

Dernière mise à jour de cette page le 06/12/2012

Les dérives du sud, premier festival pop rock.

Article signé Philippe Peraut (29 avril 2012).

Il n'a suffi que d'un an aux responsables de cette association née courant 2011, pour aller au bout de leurs ambitions et concocter un premier festival Pop Rock sur la rive sud d'Ajaccio, les 13, 14 et 15 juillet 2012.

« Les dérives du sud ». Ce nom, inconnu, pour l'heure, du grand public, coincide, en quelque sorte, avec l'histoire d'une passion partagée par une bande de potes. Tous accrocs de musique de styles différents, ils sont partis d'un constat de carence. « L'absence d'un réel festival incluant des concerts, dans la région ajaccienne et plus particulièrement sur la rive sud, souligne Olympe Ghiselli, l'un des membres de l'association, les accrocs, dont nous faisons partie, doivent se rendre à l'évidence : tout ce qui relève de ce type d'évenement est concentré en Haute-Corse. » Au départ, l'idée de créer l'association qui devrait, d'ici peu, faire parler d'elle, a été un véritable coup de poker. Olympe et ses amis, David Bacri, Estelle Texier, Michel Rizo, Fabienne Crastes et Jacky Barbier se jettent à corps perdu dans leur projet, unissent leurs efforts et débouchent, début 2011, sur « Les dérives du sud ».« Nous sommes tous originaires de la rive sud,reprend Olympe Ghiselli, ce nom s'est dessiné également parce que l'on part dans l'inconnu, à la dérive... même si nous idées restent bien ancrées. »

Dès la création de l'association, ses membres planchent sur la mise en place d'un premier festival. Un an de travail - assidu - plus tard, ce premier projet est ficelé. Il est verra le jour en juillet prochain. Restait, toutefois, à trouver le lieu et, bien sûr, à en définir l'indispensable contenu. « La rive sud s'imposait. Il fallait un lieu qui soit représentatif. Nous avons opté pour la commune de Pietrosella, à quelques mètres de la célèbre plage d'argent. Le maire, très enthousiaste, s'est associé à notre démarche. » Et pour ce qui concerne le contenu du festival,  les membres des Dérives du sud ont vu grand, jugez-en plutôt. « Nous voulions absolument nous démarquer de ce qui se fait ailleurs en proposant, sur trois jours, de midi à minuit, plusieurs activités qui ne soient pas uniquement des concerts. Là aussi, l'équipe a planché sur plusieurs configurations. L'objectif consistait, justement, à sortir du cadre traditionnel d'un concert en proposant un ou des spectacles inclus dans le festival. »

Un festival « écologique »

Et finalement, si sur le plan musical, le pop rock, jugé plus « accessible » a été choisi, l'association se démarque surtout à travers ce qu'elle propose autour des concerts : Cracheurs de feu, circassiens, artistes, tatoueurs, les athlètes de Luan (adeptes du kung fu et issus de la légende des shaolins) ainsi qu'une exposition liée à l'écologie - axe choisi également par l'association - sont au programme sur trois jours. Ainsi, dans un lieu paradisiaque, étalé sur une superficie de deux hectares, le « village » proposera un festival écléctique, électrique et surtout écologique avec poubelles recyclables, toilettes sèches, navettes au départ des campings environnants ainsi qu'une conférence donnée le dimanche par Antoine Jeanneret, directeur régional de l'ADEME de Corse-du-Sud.

Mais que les amateurs du genre se rassurent, le domaine musical n'est pas, pour autant, en reste, avec, au menu, 18 groupes. En guest stars , « June et Lula », « Mountain men », « Emzel Café » et « Sinsemilia » pour ne citer qu'eux mais aussi des groupes locaux tels que « L'os », ou « Ghostone ». « Il y aura six groupes par jour à raison de 45 minutes par groupe. Nous avons souhaité un axe « pop rock » au sein duquel on retrouve des locaux, des groupes émergents et des têtes d'affiche, conclut Olympe Ghiselli, nous voulons établir un vrai contact entre les artistes et le public, faire de ce festival un lieu chaleureux et convivial. »

Le décor est planté. Pour ce qui est du spectacle proprement dit, les amateurs devront encore patienter un peu. Mais nous aurons l'occasion d'en reparler.

Texte anti-spam :*

Entrez les deux mots ci-dessous, avec ou sans espace.
Les lettres ne sont pas sensibles à la casse.
Une difficulté pour lire ? Essayer un autre texte

Soyez le premier à commenter cet article ! COMMENTER