Ne manquez pas...

Parcourez-ici les rubriques

VOUS ÊTES ICI : ACCUEIL ARTS PLASTIQUES PEINTRES ANCIENS FRASSATI DOMINIQUE

Frassati Dominique

Dernière mise à jour de cette page le 08/01/2013

Cantons concernés : Aiacciu , Corti

Dominique Frassati naît à Corte en 1896. Ce dernier passe toute son enfance dans sa ville natale, puisqu'il y demeure jusqu'au août 1914. La Grande Guerre commence, et Dominique Frassati décide de s'engager comme volontaire. Ce dernier paie d'ailleur un lourd tribu pour son engagement. En effet, gazé, il souffre des poumons et il est sur le point de perdre la vue. Après la guerre, son oncle Santos Manfredi le reçoit en Argentine afin de lui prodiguer des soins qui lui permettent de retrouver la vue. Dans un premier temps, Dominique Frassati se voit confier par son oncle un domaine agricole, mais il ne reste pas en Argentine. En 1920, il retourne en Europe et s'installe à Paris. Il peint, puis rentre en Corse, à Corte, en 1923. Là, il tente de vivre de sa peinture, réalisant des décorations de vitrines de magasins, ainsi que des affiches pour des manifestations sportives. Dominique Frassati décide de quitter la Corse une nouvelle fois. Il part pour l'Afrique en 1923 et reste 5 ans à Oran. Il vit de son art, vendant des toiles, des portraits, des paysages, et scènes de rue ou de la vie quotidienne. Sa peinture rencontre un franc succès auprès des notables oranais. Lorsqu'il revient à Corte quelques années plus tard, en 1928, il décide de s'inscrire à l'Académie Julian, à l'atelier de Paul Albert Laurens.

En 1934, il retourne en Corse et s'installe cette fois à Ajaccio. Puis, en juin 1936, il est nommé conservateur adjoint au musée Fesch, secondant François Corbellini. Au départ de celui-ci, il devient conservateur en janvier 1937, puis conservateur des musées de la ville d'Ajaccio.

Texte anti-spam :*

Entrez les deux mots ci-dessous, avec ou sans espace.
Les lettres ne sont pas sensibles à la casse.
Une difficulté pour lire ? Essayer un autre texte

Soyez le premier à commenter cet article ! COMMENTER