Ne manquez pas...

Parcourez-ici les rubriques

VOUS ÊTES ICI : ACCUEIL HISTOIRE 16E SIÈCLE LES TRAITÉS DU CATEAU-CAMBRÉSIS

Les traités du Cateau-Cambrésis

Dernière mise à jour de cette page le 29/12/2012

Cantons concernés : Bastelica , Santa Maria Sichè

Les traités de paix signés en avril 1559, plus communément appelés, "La paix du Cateau-Cambrésis", furent conclus entre trois nations : la France, l'Espagne et l'Angleterre.

Ces traités européens furent très certainement les plus importants de la Renaissance, car les accords conclus restèrent en vigueur plus de 100 ans. Ces traités entraînèrent une nouvelle situation géopolitique qui concerne la Corse au plus haut point. En effet, ces traités stipulent notamment que la Corse est rendue à la république de Gênes, au détriment de la France.

Plus précisément, ce traité impose à la France l'abandon de sa politique d'ingérence en Italie. Il marque ainsi la fin définitive des guerres d'Italie et le début de la prédominance espagnole en Europe. La France a signé deux traités distincts : le premier avec l'Angleterre d’Élisabeth Ire et le second avec l'Espagne de Philippe II.

La France dut rendre le duché de Savoie, le Charolais, le Bugey et la Bresse. Elle dut aussi rendre la Corse à la république de Gênes, et renoncer à ses prétentions sur le Milanais et sur la Franche-Comté. Elle put cependant garder les villes de Turin, Pignerol, Savillan, Chivas, Chieri et le marquisat de Saluces, et récupérer quelques places en Picardie : Saint-Quentin, Ham, Le Catelet.

Lors de la signature du traité, quelques émissaires français tentèrent bien de conserver la Corse, mais ces derniers durent y renoncer afin de conserver Calais, Metz, Toul et Verd. Il s'agit d'un échec pour Sampiero Corso, qui dut abandonner, temporairement, ses ambitions pour la Corse. Il fut nommé, en 1560, gouverneur d’Aix-en-Provence, puis ambassadeur extraordinaire en Turquie. Toutefois, après la trahison de son épouse, Vanina d'Ornano, et après lui avoir donné le mort, Sampiero Corso décida de revenir en Corse, avec l’appui de Catherine de Médicis, en 1564, afin d'en chasser de nouveau les Génois, et ce, malgré le traité. Il trouva la mort dans une embuscade près d'Eccica-Suarella.

Ces traités furent signés les 12 mars, ainsi que 2 et 3 avril 1559.

Texte anti-spam :*

Entrez les deux mots ci-dessous, avec ou sans espace.
Les lettres ne sont pas sensibles à la casse.
Une difficulté pour lire ? Essayer un autre texte

Soyez le premier à commenter cet article ! COMMENTER