Ne manquez pas...

Parcourez-ici les rubriques

VOUS ÊTES ICI : ACCUEIL HISTOIRE (PATRIMOINE) EGLISES, CHAPELLES ET COUVENTS ÉGLISE PAROISSIALE SAINTE-MARIE-MAJEURE DE BONIFACIO

Église paroissiale Sainte-Marie-Majeure de Bonifacio

Dernière mise à jour de cette page le 27/04/2013

Cantons concernés : Bunifaziu

L'église Sainte-Marie-Majeure de Bonifacio se trouve en plein centre de la Haute-Ville, à l'intérieur de la citadelle (citadelle de Bonifacio).

L'existence de cette église est attestée dans les archives dès 1238. Elle a probablement été construite au XIIe siècle par les Pisans. Mais la présence du blason de la république de Gênes sur l'un des portails semble indiquer qu'elle a été partiellement reconstruite par la suite par les Génois. Elle est considérée comme le bâtiment le plus ancien de la ville. Le clocher fut quant à lui construit au XIVe siècle.

En 1516, le territoire de Bonifacio fut séparé de la pieve d'Ajaccio, et Sainte-Marie-Majeure devint l'église principale de la pieve de Bonifacio.

En 1815, suite à l'annonce du retour de Napoléon Bonaparte de l'île d'Elbe, des Bonifaciens hissèrent le drapeau tricolore au sommet du clocher de Sainte-Marie-Majeure. Les royalistes ripostèrent en tirant au canon sur le clocher, ce qui lui causa d'importants dégâts.

L'édifice est classé au titre des monuments historiques en 1982.

L'église Sainte-Marie-Majeure est principalement de style roman. Sa surface est de plus de 500 m2. Sa façade ouest, munie d'une rosace, est faite de calcaire blanc. Le clocher, ou campanile, a une hauteur de 25 mètres. Sa base est de style roman, mais les quatre étages supérieurs sont de style gothique. Son couronnement date du XVIIIe siècle. Richement sculptés, les trois étages centraux furent cependant endommagés par l'attaque des royalistes. Seul le côté nord est resté intact.

L'intérieur est constitué de trois nefs. Chacune des nefs contient un autel en marbre polychrome du XVIIe siècle. Le maître-autel contient les reliques de saint Boniface, patron de la ville. On y trouve une statue de la Vierge de l'Assomption, et une statue de saint François en marbre de Brando datée du XVIIe siècle.

Parmi les peintures, on trouve La Cène (XVIIIe siècle) de Saverio Farinole et L'Apparition du Christ à saint Isidore de J. Couston.

Contribution : Jean-Noël Casanova, Alta Frequenza, divers.

Texte anti-spam :*

Entrez les deux mots ci-dessous, avec ou sans espace.
Les lettres ne sont pas sensibles à la casse.
Une difficulté pour lire ? Essayer un autre texte

Soyez le premier à commenter cet article ! COMMENTER