Ne manquez pas...

Parcourez-ici les rubriques

VOUS ÊTES ICI : ACCUEIL MÉDIAS INTERNET ARTICLE - LES BLOGS FÉMININS CORSES

Article - Les blogs féminins corses

Dernière mise à jour de cette page le 07/11/2012

Cantons concernés : Aiacciu , Bastia

Mots clés : blogs corses féminins

Quelle est l’image de la femme corse aujourd’hui ? Depuis des « millénaires », l’image de la femme corse apparaît comme figée, emprisonnée dans un carcan. Cette image est héritière du romantisme, mais aussi d’une façon de voir la femme en Méditerranée qui est loin de toute légèreté. Colomba a façonné l’image d’une gent féminine, pasionaria vengeresse, gardienne des traditions, un brin conservatrice ou réactionnaire, vêtue de noir et empreinte de gravité et de tristesse. Les figures tragiques ne manquent pas dans l’histoire de Corse : « Faustina Gaffori, prête à sacrifier son fils pour chasser l’oppresseur génois », « Litizia Ramolino, mère courage de Napoléon », fine silhouette, vêtue de noir et insubmersible. L’image de ces femmes s’est aussi construite dans l’imaginaire collectif au lendemain de la grande guerre où celles-ci ont dû revêtir le deuil et cette couleur noire qui désormais ne les a plus quittée, alors qu’une génération d’hommes étaient sacrifiés. Plus près de nous, l’image de la femme corse devient celle d’une militante. Celle qui a toujours le rôle de transmettre la mémoire d’un peuple, devient conteuse, chanteuse, écrivain. On pense à des Patrizia Gattacecca, Patrizia Poli, des conteuses comme Francette Orsoni, Ghjermana de Zerbi, des écrivains comme Marie Susini (auteur de la fameuse « La renfermée,la Corse » premier ouvrage sur la condition féminine dans l’île), Marie Ferranti, des actrices de théâtre « nustrale » comme Marianna Nativi ou des femmes politiques comme la regrettée Victoire Canale-Demailly. Mais dans les années 1990, ces femmes se trouvent encore une fois endeuillées. Au milieu de ces années, le documentaire tourné par Arte « La mort dans l’âme » dresse le portrait de trois générations de femmes de la même famille avec en toile de fond la mort comme compagne constante. Ces femmes ont perdu au cœur des guerres fratricides un fils, un époux ou un frère et disent leur douleur d’être une femme méditerranéenne. Ce n’est en effet que trop céder au cliché que d’affirmer que la Méditerranée est cette terre de lumière, frappée par le malheur. C’est ce message que semble porter ce documentaire qui tente de décrypter ce qu’est la femme corse à l’aube de l’an 2000. Seule à filmer la femme corse, sous un angle plus léger, Romane Bohringer dans son documentaire « Ti tengu caru » fait parler les hommes et les femmes sur l’amour, pour notre plus grand plaisir.

Face à cet héritage lourd, il semble que les jeunes générations tentent de trouver une sorte de troisième voie. Ni Colomba, ni militante, les Bridget Jones nustrale prennent la parole sur la toile et cela pour notre plus grand bonheur. Ainsi, le blog de Boemiana, personnage créé de toute pièce par une institutrice bastiaise Sophie Marucchi Antomarchi narre par le biais de dessins satiriques le quotidien de la bastiaise par excellence. Tout est passé au crible en langue corse : les putacchji avec les copines, la mode, les rapports difficiles entre les hommes et les femmes… Des caricatures qui font rire, qui font du bien au moral en somme : une revendication du droit à la légèreté … Ce blog fait alors de la langue corse, une langue du quotidien, de la macagna, plus efficacement parfois qu’un discours militant.

Blog pêchu, s’il en est le blog Justsylvii de Sylvie Pellegrini qui est présenté comme blog mode et culture décrypteur de tendances. Cette jeune femme se décrit comme une adepte de « l’improbable » et nous fait partager ses goûts, ses coups de gueule et de griffe abordant des thèmes allant du cinéma, à la littérature et passant par le politique. C’est un blog « frais », bien écrit et alimenté presque journellement.

On ne peut qu’espérer que ces blogs feront des émules. Il est en effet passionnant de savoir ce que « pensent les femmes » pour paraphraser le titre d’un film avec Mel Gibson. Com’è si dice ind’è noi a donna ne sà un puntu di più ch’è u Diavule !

> Blogs corses féminins, dans l'émission In Prima, sur radio Alta Frequenza, le 31/10/2011

Texte anti-spam :*

Entrez les deux mots ci-dessous, avec ou sans espace.
Les lettres ne sont pas sensibles à la casse.
Une difficulté pour lire ? Essayer un autre texte

Soyez le premier à commenter cet article ! COMMENTER