Ne manquez pas...

Parcourez-ici les rubriques

VOUS ÊTES ICI : ACCUEIL HISTOIRE 18E SIÈCLE NAPOLÉON REGARDE VERS L'ÉTRANGER

Napoléon regarde vers l'étranger

Dernière mise à jour de cette page le 31/12/2012

Cantons concernés : Aiacciu

 

« La conspiration de la machine infernale »

Sur le plan militaire, Napoléon Bonaparte continue de s’agiter. En 1800, il attaque encore une fois l’Archiduché d’Autriche et remporte de nouvelles victoires, notamment à Marengo. Le traité de Lunéville est signé le 9 févier 1801. La position du Premier consul ne cesse de se consolider. Toutefois, Napoléon compte de plus en plus d’ennemis. Le 24 décembre 1800, il échappe à un attentat dans la rue Saint-Nicaise à Paris. Cet attentat sera ensuite connu sous le nom de « conspiration de la machine infernale ». Si le Premier consul échappe à l’attentat, on dénombre néanmoins vingt-deux morts et une centaine de blessés.

Un œil sur le Nouveau Monde

Le Nouveau-Monde intéresse Napoléon. En 1802, il entend tirer profit de la paix d’Amiens. Cette dernière permet la libre circulation des navires français dans l’océan Atlantique. Le Premier consul veut alors développer la Louisiane, en établissant une base à Saint-Domingue. Là, Toussaint Louverture, le gouverneur général de la colonie, est suspecté de complicité avec la jeune nation des Etats Unis d’Amérique. Ce dernier se fait, par ailleurs, proclamer gouverneur général à vie d’une constitution autonome installée sur l’île. Pour Napoléon, c’est une aubaine. Cette situation permet à la France de justifier l’envoie de deux flottes vers les Antilles. Leclerc, qui est devenu le beau-frère de Bonaparte, fait voile vers Saint-Domingue, à la tête de 20.000 hommes, tandis que Richepanse se dirige vers la Guadeloupe. L’objectif de Bonaparte est de prendre le contrôle des deux colonies et de rétablir l’esclavage. Après trois mois de combat et de résistance, trahi de toute part, Toussaint Louverture dépose les armes. De son coté, Richepanse a rétabli l’esclavage en Guadeloupe. Lorsque la nouvelle est connue à Saint-Domingue, la population se révolte contre les troupes de Leclerc. Le corps expéditionnaire de ce dernier est affaibli et reçoit le soutien de 20.000 hommes supplémentaires. Mais la fièvre jaune fait des ravages dans les rangs militaires. Plus d’un tiers des troupes est emporté par la maladie, tout comme le général Leclerc lui-même. L’ancienne colonie peut alors proclamer son indépendance et retrouver son ancienne appellation d’Haïti. Napoléon est contraint de renoncer à l’Amérique. L’année suivante, la Louisiane est cédée aux Etats-Unis contre vingt-quatre millions de francs.

Suite - Du Consulat à l’Empire

Texte anti-spam :*

Entrez les deux mots ci-dessous, avec ou sans espace.
Les lettres ne sont pas sensibles à la casse.
Une difficulté pour lire ? Essayer un autre texte

Soyez le premier à commenter cet article ! COMMENTER