Ne manquez pas...

Parcourez-ici les rubriques

VOUS ÊTES ICI : ACCUEIL HISTOIRE 18E SIÈCLE NAPOLÉON: «JE SUIS NÉ QUAND LA PATRIE PÉRISSAIT»

Napoléon: «Je suis né quand la patrie périssait»

Dernière mise à jour de cette page le 31/03/2016

Cantons concernés : Aiacciu

Tout d’abord et la plupart du temps, la famille Bonaparte se trouve à Corte, capitale de la Corse indépendante portée par Paoli. C’est d’ailleurs autour du Babbu que gravitent les Bonaparte. On dit que Letizia, enceinte de Napoléon, va jusqu’à jouer aux cartes avec le Général de la Nation. Certes, la vie dans les montagnes est plus rude pour la jeune famille, mais Carlo aime Corte par son attrait politique : c’est là que s’exerce le pouvoir, ou que le regard des intellectuels européens - philosophes, francs-maçons ou écrivains - se tournent avec de plus en plus d’insistance. C’est là aussi que l’on trouve le Palais National, ou encore l’Université. Et puis à Corte, le couple Bonaparte appartient à la haute société paolienne, ce qui n’est pas pour déplaire à Letizia. De son coté, Carlo va jusqu’à devenir le confident du Babbu.

En 1769, la Corse change de mains. Avec le traité de Versailles, elle passe de la République de Gênes à la France. Toutefois, l’île a déjà proclamée son indépendance depuis plus de quatorze ans. Paoliste affirmé, Carlo Bonaparte soutient ouvertement le gouvernement de Corte. Par ailleurs, c’est là que ce dernier lit le fameux appel à la jeunesse corse, huit jours après la signature du traité. Cet appel aurait même été écrit de sa main, si l’on en croit les témoignages des abbés Rossi et Nasica. Ce qui fera dire à Napoléon, adulte : « Je suis né quand la patrie périssait ».

En effet, lors du combat de Ponte Novu, le 8 mai 1769, la résistance de Paoli et des Nationaux cèdent dans les eaux du Golu. C’en est terminé du gouvernement de Corte. Dans cette guerre corso-française, Carlo Bonaparte fait figure de bon patriote. Par le passé et plusieurs fois déjà, ce dernier s’était engagé dans les troupes paolistes. Paoli écrit notamment qu’il a servi la nation « avec ponctualité et dévouement », notamment lors de la victoire des Nationaux lors de la bataille de Borgo, en 1768. A Ponte Novu, Carlo était alors aide de camp de Pasquale Paoli en personne. Mais son patriotisme s’arrête là. Carlo ne se trouve pas auprès du Général de la Nation, lorsque celui-ci embarque à Porto-Vecchio le 13 juin 1768, fuyant une Corse occupée par les troupes française, et devenue soudain hostile à son égard. Sans doute la famille Bonaparte se trouve-t-elle alors à Ajaccio depuis le désastre de Ponte Novu. Mais comment en vouloir à ce jeune chef de famille ? Lorsqu’il récupère les siens à Corte, Letizia son épouse, n’a pas vingt ans, et surtout, elle est enceinte de Napoléon, de plus de sept mois. De plus, son fils Joseph est encore un nourrisson. Carlo n’a pas d’autre choix que de rentrer avec sa famille à Ajaccio. Napoléon, lui-même, écrira plus tard à propos de cet épisode : « Jamais je ne pardonnerai à mon père qui a été son adjudant (de Paoli) d’avoir concouru à la réunion de la Corse à la France. Il aurait dû suivre sa fortune et succomber avec lui ».

Alors, qu’en est-il de la naissance de Napoléon ? Etait-il français de naissance ? Corse ? Italien ?  Il est difficile de répondre à cette question. Ce qui est sûr, c’est que si l’île se trouve sous suzeraineté française depuis la signature du traité de Versailles en 1768, Carlo et Letizia sont tous deux de souche italienne, et plus particulièrement de Toscane et de Lombardie. Ce qui est sûr également, c’est que le nouveau né appartient à l’une des meilleures familles de Corse.

Suite - La casa Bonaparte

Texte anti-spam :*

Entrez les deux mots ci-dessous, avec ou sans espace.
Les lettres ne sont pas sensibles à la casse.
Une difficulté pour lire ? Essayer un autre texte

Soyez le premier à commenter cet article ! COMMENTER