Ne manquez pas...

Parcourez-ici les rubriques

VOUS ÊTES ICI : ACCUEIL HISTOIRE 18E SIÈCLE CORTE : DU 18E SIÈCLE À NOS JOURS

Corte : du 18e siècle à nos jours

Dernière mise à jour de cette page le 10/11/2016

Cantons concernés : Corti

Corte du 18e siècle à nos jours (source : site officiel de la municipalité de Corte)

Après le soulèvement de la Corse contre Gênes qui marqua le début de la « Guerre de 40 ans » (1729), le Cortenais Gian Pietro Gaffory, premier « Général de la Nation », affranchit sa ville de la tutelle génoise. Son assassinat en 1753, ouvrit la voie à Pascal Paoli, proclamé à son tour « Général de la Nation » en juillet 1755. Celui-ci fit de Corte la capitale politique de la Corse indépendante, fonction que la ville remplit pendant quatorze ans. Elle fut dotée à ce titre d’une imprimerie nationale, d’un Hôtel des Monnaies et d’une Université destinée à former les élites de la jeune nation Corse. Avant cela, seul un départ de Corse permettait aux élites insulaires de faire leurs études et notamment en Italie à l’Université de Pise (droit) ou de Rome (médecine). La bataille de Ponte Novu en mai 1769, puis l’occupation de toute la Corse par l’armée royale de Louis XV, provoquèrent la déchéance politique et administrative de la Capitale de Paoli. Corte retomba, comme au temps des Génois, dans la dépendance de Bastia, puis dans celle d’Ajaccio à partir du Consulat. (9 Août 1799 – 18 Brumaire An VIII).

Malgré un bref intermède, de 1791 à 1793, pendant lequel elle fut chef-lieu du département du Golu, Corte avait perdu le rang de Capitale que Paoli lui avait assigné. Pendant longtemps, à savoir tout le XIXème siècle et une large partie du XXème siècle, la ville dût se satisfaire d’une destinée étriquée de Sous-Préfecture, place militaire secondaire et ville de garnison. Cependant, depuis 1981, l’implantation de l’Université de Corse suivie de l’ouverture du Grand Musée de la Corse et de l’installation sur place de quelques autres organismes officiels, ont permis à la ville de connaître le développement qu’elle mérite et de lui assigner le noble dessein de s’imposer, en jouant la carte de la jeunesse, comme la Capitale universitaire, Culturelle et Touristique de l’île. La jeune université restaure l’esprit de la première « Università di Corsica », Université des Lumières de Pasquale Paoli de 1765 à 1768, dont le bâtiment a disparu pour être aujourd’hui un parking, après avoir été un hôpital militaire, d’abord anglais (1794-1796), puis français pendant trois quarts de siècle. La ville a également reçu le label de Ville historique et a été aussi classée Cité Napoléonienne en plus de sa qualité de Cité Paoline, puisque Napoléon y aurait été conçu et qu'il a passé quelques séjours à Corte où il a rencontré Pascal Paoli. Le musée a d’ailleurs accueilli une exposition « Napoleon et la Corse » en 2009.

Textes et Sources :

-Jean Suberbielle Histoire de Corte et des Cortenais (la marge édition, 1989) 
-Société historique de Corte (Pr Jean Cancellieri) 
-Service Culture et Patrimoine, Mairie de Corte 
-Alexandra Willaume-Albertini, Adjointe déléguée à la culture et au patrimoine historique.

Liens associés : 

Corte au moyen-âge
Corte du 18e siècle à nos jours
Corte : histoire de la citadelle de Vincentello d'Istria
Corte, Napoléon et les Bonaparte 

Texte anti-spam :*

Entrez les deux mots ci-dessous, avec ou sans espace.
Les lettres ne sont pas sensibles à la casse.
Une difficulté pour lire ? Essayer un autre texte

Soyez le premier à commenter cet article ! COMMENTER