Ne manquez pas...

Parcourez-ici les rubriques

VOUS ÊTES ICI : ACCUEIL FOOTBALL L'HISTOIRE DU GFC AJACCIO NOUVEAU DÉFI POUR LE GFCA (JUILLET 2012)

Nouveau défi pour le GFCA (juillet 2012)

Dernière mise à jour de cette page le 07/04/2016

Cantons concernés : Aiacciu

Article de Philippe Peraut (juillet 2012)

Le nouveau défi du GFCA !

Dix neuf ans après l’avoir quittée, c’est au moment où l’on s’y attend le moins, que le gaz retrouve la deuxième division. Celle-ci, n’a, toutefois, plus grand-chose à voir avec ce qu’elle était à l’époque. Le mythique club ajaccien saura t-il, franchir sans encombre, cette mutation ? Premiers éléments de réponse d’ici la fin du mois d’août au terme d’un calendrier, pour le moins, délicat…

Combien de fois le GFCA a-t-il effleuré de la pointe du doigt, cette ligue 2 à laquelle il espérait durant tant d’années ? Tout le monde garde, en mémoire, la saison 1998-1999 de triste mémoire mais il y en eût bien d’autres auparavant. Il manquait, à chaque fois, une place ou une poignée de points. Et c’est, paradoxalement, l’année où l’attend le moins, le club « rouge et bleu » rejoint le monde professionnel. L’année même, où le football corse a certainement écrit avec le SCB, l’ACA, le GFCA et le CAB, l’une des plus belles pages de son histoire. D’histoire mythique et légendaire, il en aura été question avec le GFCA durant dix neuf années parsemées de bonheur, parfois intense, surtout en coupe de Fra    nce, de joies, de peines, de souffrances. Une traversée du désert que l’on pensait interminable et dont, pas même les plus optimistes supporters, songeaient qu’elle prendrait fin, quand le gaz jouait les premiers rôles du CFA, il y a deux ans de cela. Et pourtant… l’anu fattu.

Ainsi, depuis le 15 mai 1993, et un cinglant 0-3 essuyé à Mulhouse, le Gazelec n’avait plus connu la deuxième division. Une attente qui ne rendra que plus belles, ces retrouvailles avec l’antichambre de l’élite, le 27 juillet prochain à François Coty, face à Caen, fraîchement débarqué de L1. On ne pouvait craindre (ou espérer) en telle entrée en matière.

La difficulté principale, pour le club dont l’âme s’est taillée dans le giron amateur, consistera à conserver son identité, celle qui en a fait l’un des héros de la coupe de France, cette saison, tout en grandissant et s’efforçant de se pérenniser à ce niveau afin de faire, peu à peu, progresser les sections jeunes qui ont perdu la suprématie qu’elles avaient, il y a une dizaine d’années, dans le Grand Ajaccio. Il n’est plus question, aujourd’hui, d’article 131, de finances au « rouge », d’interdiction de stade. Le gaz a mûri dans l’anonymat du CFA. Il s’est acheté une conduite, certes, ternie, ça et là, par des sanctions sportives injustes au vu des faits reprochés. Il semble, désormais, prêt, même si le récent coup d’assommoir reçu par la Ligue (budget baissé de 800 000 euros) à relever ce nouveau défi. Un défi qui vient comme une aubaine, l’opportunité de sortir de l’anonymat et de réaliser ce rêve fou après lequel il court depuis 19 ans : retrouver le monde professionnel. Les travaux d’aménagement du stade Ange Casanova avancent. Les « rouge et bleu » devront débuter la saison à Timizolu, où ils ont réussi, la saison dernière, à « sortir », en coupe de France, le futur champion. Peu importe, les rapports entre les deux voisins ouvrent, peut-être d’autres perspectives. Le gaz patientera avant de retrouver son stade fétiche. Mais il sait d’où il vient et rêve, aujourd’hui, de perpétuer sa légende. Et il en a les moyens…

Texte anti-spam :*

Entrez les deux mots ci-dessous, avec ou sans espace.
Les lettres ne sont pas sensibles à la casse.
Une difficulté pour lire ? Essayer un autre texte

Soyez le premier à commenter cet article ! COMMENTER