Ne manquez pas...

Parcourez-ici les rubriques

VOUS ÊTES ICI : ACCUEIL TERRITOIRES LIVRES SUR LE PATRIMOINE DE LA CORSE L'ODYSSÉE CORSE : TRA U PUMONTE E U CISMONTE

L'odyssée Corse : Tra u pumonte e u cismonte

Dernière mise à jour de cette page le 03/01/2013

De Fernando Ferreira et Jean Mattei.

Extrait

Une langue de terre couverte de vignobles, d'orangers et d'oliviers, c'est ainsi que Ponson du Terrail décrivait cette autre île, au bout de l'île de Corse. Avec irrégularité et noble harmonie s'avance, coupant la mer en deux, un brin de pierre au relief imposant, affichant rudesse et austérité, élevé, escarpé, un promontoire sacré, riche de sa nature, riche de son histoire, une mer bleue omniprésente, un bout de terre à la végétation étonnante, délivrant des parfums incroyables, aux chemins sinueux, offrant des contours escarpés, jonchés de trente-deux tours, de criques rocheuses, d'anses aux eaux limpides et turquoise, de vingt ports, d'abris secrets, de sites préhistoriques, de fours à chaud, de moulins à vent, de chapelles, d'églises, de couvents, de monuments, de ruines de châteaux. Presqu'île dominée par trois sommets qui séparent cette terre en deux versants, crête rocheuse qui flirte avec les 1 300 mètres à moins de 10 kilomètres des rivages de part et d'autre de là-haut, d'un côté la Méditerranée qui s'étend à l'infini et de l'autre la Tyrrhénienne qui laisse deviner quelques îles et l'Italie toute proche, chauffée par le soleil, enivrée des parfums que les vents apportent, «u libecciu», qui y règne en maître une bonne partie de l'année, et ses cousins, « u grécale », « u maistrale », « u muntese ». Comment, devant cette incroyable beauté, puis-je résister à ce bonheur qui m'est offert, ce lieu féerique s'exposant devant moi, cette masse montagneuse, impressionnante, où l'homme a su s'accommoder de la nature en y érigeant quantité de terrasses pour permettre la culture. Sans cesse balayée par les vents, cette terre de schiste, grise et verte sur fond bleu, est un doigt tendu vers la mer ; fier et rebelle, il se nomme le Cap Corse. Il n'est pas possible de ne pas s'arrêter en l'église de Lavasina pour y faire une prière à la Madone ; Notre-Dame des Grâces abrite un tableau miraculeux du XVIe siècle représentant la Vierge et l'Enfant. Chaque année, au mois de septembre, a lieu ici un magnifique pèlerinage. Continuant ma route vers le nord, je trouve, comme un cadeau offert, Erbalonga, fière de sa marine et de sa tour, maintes et maintes fois prise sous les couleurs de pinceaux plus ou moins célèbres, village aux pieds dans l'eau, berceau de la famille Valéry, même si le grand poète, Paul, est né à Sète.

Biographie des auteurs

Élève des guitaristes Paulo Quilici et Antoine Bonelli, Jean Mattei joue de l'harmonica, de la guitare, de la mandoline, chante et compose. D'abord membre d'un groupe folklorique ajaccien, A Sirinata Aiaccina, puis d'ensembles polyvocaux plus militants (I Muvrini, Alte Voce), il fait en même temps carrière en solo. Ses albums instrumentaux, Sole rossu, Per una melodia, Rêverie à la guitare, Rêverie à l'harmonica, Ghjuvan ' Mélodie, Mélodies du voyage et Culori sont autant d'invitations à découvrir la terre corse. Jean Mattei signe avec L'Odyssée corse son premier ouvrage.
Fernando Ferreira est photographe reporter indépendant, alpiniste et trekkeur. Il a travaillé pour plusieurs magazines en France et à l'étranger dont Roc 'n Wall Magazine. L'Equipe mag, Alp, en Italie ou encore Climbing, en Angleterre. Fernando Ferreira a également publié plusieurs ouvrages comme Esprits de Provence (Jacques Marseille, 2004). Il a récemment collaboré en tant qu'illustrateur à l'ouvrage Voyage aux calanques (Glénat, 2008).

Texte anti-spam :*

Entrez les deux mots ci-dessous, avec ou sans espace.
Les lettres ne sont pas sensibles à la casse.
Une difficulté pour lire ? Essayer un autre texte

Soyez le premier à commenter cet article ! COMMENTER