Ne manquez pas...

Parcourez-ici les rubriques

VOUS ÊTES ICI : ACCUEIL MÉDIAS TÉLÉVISION ARTICLE - VIA STELLA UN OUTIL INDISPENSABLE POUR LA PROMOTION DE LA LANGUE CORSE ?

Article - Via Stella un outil indispensable pour la promotion de la langue corse ?

Dernière mise à jour de cette page le 07/11/2012

Aujourd’hui les radios et les télévisions de service public ont leur place dans la diffusion des diverses expressions culturelles. Dans le cahier des charges de ces dernières, il est inscrit qu’elles doivent veiller à faire vivre des langues et cultures régionales. Une mission dont elles s’acquittent en multipliant les programmes ambitieux. Depuis quelques années France 3 Corse a choisi de s’associer avec l’Université de Corse ou le CRDP, Centre régional de documentation pédagogique de Corse. Parmi ses missions, ce dernier doit effectuer l’édition de ressources pédagogiques tous supports ancrées dans les réalités régionales et respectant les programmes nationaux obligatoires. Un effort particulier est porté sur la production d’outils pédagogiques au service du développement de l’enseignement de la Langue et Culture corses. Ce partenariat dénote une volonté de la télévision corse de « devenir » un outil de médiation pédagogique. On peut citer en exemple l’émission Munumenti è siti di Corsica, présentée par Pierre Antoine Beretti enseignant de langue corse, produite par le CRDP. Cette série audiovisuelle, composée de 40 films de six minutes chacun, propose de partir à la découverte des principaux monuments et sites de Corse. Divers monuments sont visités comme le site archéologique de Cauria, le quartier des Étrangers à Ajaccio ou encore l’église baroque de Muru. Le choix des monuments est lié au fait de leur importance historique et est à raccrocher au programme d’enseignement de l’Éducation Nationale.

Ainsi, le but de ces documentaires est avant tout de servir de support pédagogique aux enseignants. Comme l’explique Mathieu Harnéquaux, chef de projet au CRDP de Corse « Cette émission apporte des points d’enseignement pour la langue et des connaissances en histoire de l’art.  Un support audiovisuel est plus facile pour toucher les jeunes, d’où une volonté d’habillage moderne de ces documentaires. Par conséquent, cela permet d’entendre la langue, ca apporte plus qu’un support papier » [12]. Ce type de programmes n’est pas unique sur l’antenne de France 3 Corse. On peut citer en exemple l’émission Coolori à destination des enfants entièrement en langue corse.  Ce magazine présenté par Evelaine Cantelli a pour vocation de percer les secrets de la Méditerranée. En se rendant en voyage dans des pays méditerranéens, l’équipe choisit une thématique comme la pêche par exemple. A partir de là, celle-ci offre aux enfants des lexiques sur ce thème pour récapituler les acquis en langue de l’émission. Cette émission se positionne donc véritablement dans un créneau de promotion et d’apprentissage de la langue corse, comme l’affirme son concepteur Antoine Gannac : « Le parti pris linguistique est clair : la langue corse, partout en méditerranée ! Chaque tournage réalisé à l’étranger est l’occasion de prouver que la langue corse est vivante et qu’elle a vocation à être reconnue. «L’émission tend aux téléspectateurs insulaires et à la diaspora, le miroir d’une langue moderne, dont l’utilisation n’est pas confinée aux frontières géographiques de l’île et qui peut être parlée partout dans le monde. Le corse est utilisé de façon exclusive dans les deux tiers de l’émission, notamment dans le doublage des interviews réalisées en langues étrangères. C’est comme cela que Coolori fait entendre sa différence » [13]. Le magazine est actuellement décliné en langues française et corse pour France 3 Via Stella et en arabe pour la deuxième chaîne nationale marocaine 2M. Coolori connaît un véritable succès auprès du public et trois nouvelles versions sont en préparation pour la rentrée de septembre. Le succès de ce type d’émissions permet d’affirmer plus que jamais le rôle « pédagogique » de la télévision.

Certes, si la télévision est un outil pédagogique, il faut amener les téléspectateurs à elle. Une enquête réalisée par l’INSEE sur  la langue corse auprès des étudiants de l’Université de Corse par Romain Colonna, professeur certifié de Langue et Culture Corses, enseignant à l’Université de Corse, montre l’impact relativement faible des médias [16]. Pour lui les rapports des étudiants avec le corse, notamment dans le domaine culturel, sont d’autant meilleurs que l’offre est généralisée : fréquents avec la musique, ils deviennent rares avec les médias ou la littérature de langue corse. De plus, pour certains militants culturels comme Ghjacumu Fusina, l’enthousiasme des débuts, cette volonté de porter la langue n’existe plus.

 Aujourd’hui, d’ailleurs, la langue semble devenir, alors un élément de programmation et de production inséré comme les autres, ou parfois plus que les autres, au sein du projet médiatique. Cependant,  les journalistes ne se positionnent plus comme des militants. Car, pour faire sortir cette langue corse du « ghetto », il faut la considérer comme une langue usuelle et moderne : «D’accord pour défendre la langue, mais nous sommes d’abord là pour informer, rappelle Petru Mari, journaliste à France Bleue Frequenza Mora. Nous ne devons pas non plus être un modèle linguistique. Nous parlons au micro un corse populaire, compréhensible par tous, ce qui n’empêche pas d’essayer de le rendre le plus riche possible» [17].

 

[12] altafrequenza.com/l_info/l_actu/munumenti_e_siti_di_corsica_la_nouvelle_production_du_crdp_45254

[13] mediasudnews.info/La-Corse-votre-Hebdo-Coolori-voyage-au-coeur-de-la-Mediterranee_a40.html

[14] Carmen Compte,  Un Document télévisuel pour parfaire l’apprentissage des langues, Université de Paris 7, Denis Diderot.

[15] Idem.

[16] Idem.

[17] lexpress.fr/region/au-bout-de-la-langue_474162.html

Texte anti-spam :*

Entrez les deux mots ci-dessous, avec ou sans espace.
Les lettres ne sont pas sensibles à la casse.
Une difficulté pour lire ? Essayer un autre texte

Soyez le premier à commenter cet article ! COMMENTER