Ne manquez pas...

Parcourez-ici les rubriques

VOUS ÊTES ICI : ACCUEIL LITTÉRATURE ET BIBLIOTHÈQUES AUTEURS CORSES (EN LANGUE FRANÇAISE) MILLELIRI PAUL

Milleliri Paul

Dernière mise à jour de cette page le 01/01/2013

Paul Milleliri, médecin spécialisé à la retraite, est originaire de l'Extrême-Sud de la Corse et vit aujourd'hui à Ajaccio. Il est un auteur de romans et d'essais. Véritable touche-à-tout de l'écriture, il excelle dans des styles et des genres très éloignés qui révèlent pourtant une même passion. Qu'on en juge : un roman épistolaire ayant les guerres napoléoniennes comme fond de toile – Les Oubliées de l'Empire –, un roman « algérien » – Le grain de café –, un essai historique sur Pauline Bonaparte – Pauline B. La vénus impériale –, quatre polars – Pace è Salute!, Carton rouge, Cabrera, Malmaison –, un recueil de ghjastime et autres imprécations – Chì tu sia… – et... quelques autres encore dont certains à venir... (Source Albiana)

> Cabrera

Collection Nera
Fin des années 1810, l'armée impériale s'enlise dans le conflit espagnol. Pendant que la cour fourmille de petits complots, de bassesses entre amis et de frivolités en tous genres, des hommes sont abandonnés sur l'île de Cabrera, prisonniers de guerre oubliés de tous. Pendant qu'à la cour se nouent des intrigues amoureuses menacées par le despotisme sexuel de la princesse impériale Pauline Borghèse, des crimes sont commis à Cabrera loin de la justice humaine et de l'œil de Dieu. Pendant que des nobliaux s'agitent autour de chimères, de valeureux soldats luttent contre la monstruosité animale de l'homme livré à lui-même. Broyant des milliers d'hommes pour la gloire d'un seul, brisant le cœur d'un homme pour enorgueillir ceux de tant d'autres, l'Histoire va lier ces deux destinées...

> Carton rouge

Collection Nera
Un polar ballon rond. À Marseille, si tout n’est pas rose, il reste au moins le blanc et bleu, celui de l’OM ! Et chez les « petites gens » c’est un moteur suffisamment puissant pour débrider toutes les imaginations. Dans la famille recomposée, c’est le cadet qui, dans son fauteuil roulant, mène le bal, et son idée de génie – qui nécessite quelques fonds de départ – conduit les trois frères au hold-up… raté ! On n’est pas loin duPigeon de Mario Monicelli, ou de la famille Malaussène de Pennac…

> Epopée napoléonienne et insignes de tradition

L'ouvrage de référence des collectionneurs d'insignes de tradition et des amateurs d'histoire impériale !

> Malmaison

Collection Nera
Sociétés secrètes, sadisme, tueur en série sous le propre toit du... Premier Consul.

> Le Grain de café

Une famille pied-noire de condition modeste est prise dans la tourmente des événements de la guerre d’Algérie. Les drames et les déchirements se succèdent sans que nul n’y puisse apparemment plus rien. La machine s’est emballée, les jugements se sont embrouillés et les actes dévoyés… Le point de vue des humbles, exprimé par la voix du « héros », avec la simplicité et la verve des peuples d’Alger.

> Les Oubliés de l'Empire

Avec pour toile de fond omniprésente l’épopée militaire napoléonienne, le roman épistolaire plonge le lecteur dans l’univers des petites gens, au cœur d’une histoire de vengeance singulière. La lente pénétration des idées des Lumières, l’avènement de la science moderne conduisent le héros sur des chemins inattendus empreints d’humanité, dans un monde paradoxal de violences et d’amour de la Liberté. Un premier roman profond et une véritable prouesse quant au style littéraire de l’époque, rendu ici avec brio.

> Pace è Salute !

Collection Nera
Premier polar d'un auteur maison, polygraphe émérite... Ici Paul Milleliri fait dans le classique et tue tout son petit monde au premier jour de l'an : « Pace è Salute !  » comme on dit sur l'île de Beauté...

> Pauline B.

La Vénus impériale
La vie de Pauline Bonaparte, sœur cadette de Napoléon 1er, constitua un des scandales permanent de la haute société sous l’Empire. Revenant sur les frasques et les symptômes décrits par ses médecins et les commentateurs de l’époque, l’auteur tente de décrypter l’histoire de « Paganetta » – comme la surnommait affectueusement son empereur de frère – dans un essai enlevé, qui ne le cède en rien au roman. L’amour pour son grand frère, parfois soupçonné d’inceste, est abordé avec précision et circonspection.

Texte anti-spam :*

Entrez les deux mots ci-dessous, avec ou sans espace.
Les lettres ne sont pas sensibles à la casse.
Une difficulté pour lire ? Essayer un autre texte

Soyez le premier à commenter cet article ! COMMENTER