Ne manquez pas...

Parcourez-ici les rubriques

VOUS ÊTES ICI : ACCUEIL HISTOIRE (PATRIMOINE) SITES HISTORIQUES ÉGLISE PAROISSIALE SAINT-PIERRE-SAINT-PAUL DE CAMPILE

Église paroissiale Saint-Pierre-Saint-Paul de Campile

Article contribution

Dernière mise à jour de cette page le 18/04/2013

Cantons concernés : Altu di Casaconi

L'église Saint Pierre et Saint Paul de Campile, de style baroque, érigée sur la place du village, est dédiée à Saint Pierre et Saint Paul. Dédiée initialement à Saint Pierre, puis à Saint Paul en 1659, elle date du XVIIe siècle. Le 31 août 1717 l'interdit jeté sur cette église fut levé par l'archidiacre Andrea Antonio, vicaire général du diocèse d'Accia et Mariana. Les travaux reprirent et l'église fut terminée en 1766 comme inscrit sur le mur droit extérieur. Les décors intérieurs furent achevés en 1770. Dans la voûte est inscrit, dans une sorte de coquille enrichie de motifs végétaux : AD 1770 TU ES PETRUS ET SUPER HANS PETRAM AEDIFICABO ECCLESIAM AM.

Le clocher actuel, accolé à l'église, fut construit au début du XXe siècle, après l'effondrement le 3 mars 1918 de l'ancien plus haut clocher de Corse (4 étages, 57 m avec la croix) qui se trouvait à une dizaine de mètres de l'église. En 1931, monseigneur Rodié, évêque d'Ajaccio, baptise les 3 cloches fondues à Campile, sous les noms de Sainte-Marie (530 kg), Saint-Pierre (260 kg) et Saint-Paul (190 kg). Le même jour, l'évêque inaugure le monument aux morts érigé sur l'emplacement de la tour-clocher. En 1954, le clocher est surélevé d'un étage et la cloche Sainte-Marie fêlée, remplacée. En 1992 la coupole est refaite, pour être en conformité avec l'architecture baroque de la façade principale. Sur son côté principal, le clocher est doté d'une horloge.

L'édifice, de plan allongé, mesure 32 m de long sur 16 m de large. Il comporte trois nefs, séparées par des piliers, et huit chapelles latérales. Sur la nef de droite sont visibles quelques frangments des anciennes fresques qui ont été recouvertes de stucs. Le transept comprend la chapelle du Rosaire à droite et celle du Sacré-Cœur à gauche. Les ouvertures consistent, sur la façade principale, en une porte centrale et deux portes latérales, toutes surmontées d'une fenêtre de forme fréquente sur les façades des églises baroques en Corse : carré ou rectangle auquel sont accolés deux demi-cercles au-dessus et en dessous. Celle dans l'axe de la porte centrale, plus grande, surmonte une niche destinée à recevoir la statue du saint patron, en l'occurrence Saint Pierre. Au-dessus de la fenêtre centrale se trouve une niche plus petite, vide aussi. Sur le côté se situe une porte, et à l'abside, une grande fenêtre centrale placée au-dessus des deux petites fenêtes latérales.

À l'intérieur, on peut admirer La vierge aux raisinsofferte par l'empereur Napoléon III et le tableau du maître-autel Le Christ en croix adoré par des apôtres du XVIe siècle. S'y trouvent d'autres tableaux :

  • Saint Nicolas qui proviendrait, selon la tradition orale, de l'église Saint-Nicolas détruite par les Génois lors de la guerre contre Sampiero Corso (1554 - 1569) ;
  • Saint Jean-Baptiste enfant, offert par le musée Fesch d'Ajaccio ;
  • Le Christ en dérision ;
  • La Sainte Famille ;
  • La mort de Saint Brunooffert par l'État ;
  • Sainte Madeleine ;
  • La lapidation de Saint Étienne ;
  • Le Christ en croix.

L'édifice religieux est classé Monuments historiques.

Contribution:  Pierre Bona. Cliquez sur les images ci-dessous pour les agrandir.

Texte anti-spam :*

Entrez les deux mots ci-dessous, avec ou sans espace.
Les lettres ne sont pas sensibles à la casse.
Une difficulté pour lire ? Essayer un autre texte

Soyez le premier à commenter cet article ! COMMENTER