Ne manquez pas...

Parcourez-ici les rubriques

VOUS ÊTES ICI : ACCUEIL HISTOIRE (PATRIMOINE) FORTS, CHÂTEAUX ET CITADELLES RUINES DU CHÂTEAU PIERRE BONAPARTE, À CALENZANA

Ruines du château Pierre Bonaparte, à Calenzana

Dernière mise à jour de cette page le 18/03/2016

Cantons concernés : Calenzana

Le château oublié d’un Bonaparte

A Calenzana, sur les hauteurs de la Baie de Crovani, des ruines sont oubliées. Elles constituent pourtant un pan important de l’Histoire de Corse et, par son propriétaire, de l’Histoire de France.

Ce château, bâtit sur les ruines de "Torra Mozza", une des nombreuses tour génoise de Corse, était en effet la propriété d’un Napoléon.

Construit entre 1852 et 1854 par quelques 300 hommes, il fut la résidence de Pierre Napoléon, neveu de Napoléon Bonaparte, jusqu’en 1870. Député de la Corse à l’Assemblée Constituante de la Seconde République, Pierre fut aussi le Napoléon le plus controversé de son temps. Connu pour ses frasques judiciaires aux Etats-Unis puis à Rome, il fut plusieurs fois mêlé à des meurtres. Le Napoléon au sang chaud fut également militaire, d’abord au côté de Santander, en Colombie, puis en Algérie où il prendra part à la bataille de Zaatcha.

Connu pour avoir été Président du Conseil Général de Corse, ses déboires lui ont néanmoins valu d’être déclaré inéligible par l’Empereur lui-même. Il s’éteindre finalement à Versailles en 1881.

Le château, lui, reste dans la famille jusqu’en 1925 où la fille du Prince Roland décide de vendre à un notaire de Calenzana.

Ecole dans les années 60 puis refuge pour bergers, le château est finalement racheté en 1970 par une société qui a pour projet d’un faire un complexe touristique. Aujourd’hui encore, le château est à l’abandon et l’Histoire s’oublie peu à peu. 

Photos Jean-Noël Casanova. Cliquez sur les images ci-dessous pour les agrandir.

Texte anti-spam :*

Entrez les deux mots ci-dessous, avec ou sans espace.
Les lettres ne sont pas sensibles à la casse.
Une difficulté pour lire ? Essayer un autre texte

Soyez le premier à commenter cet article ! COMMENTER